Le rendez-vous des Anciens de La Royale

Souvenirs et Discussions d'Anciens Marins de la Marine Nationale
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Campagne à Djibouti Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message Auteur
MessageSujet: Campagne à Djibouti Lun 6 Fév - 11:44

Un peu d'histoire.

Avec la réalisation du grand projet de Ferdinand de Lesseps, le percement du canal de Suez, qui devait se concrétiser dès 1856, la mer Rouge allait devenir une voie d’eau d’importance mondiale. La France jugea alors nécessaire de posséder une base de ravitaillement pour sa marine, entre Suez et Saïgon, et c’est ainsi que la création d’un établissement français sur la rive sud-ouest de la Mer Rouge fut décidée. Elle résulta de traités d’amitiés passés avec les chefs locaux à partir de 1862.

Le point de départ de l’installation française est en effet le traité du 04 mars 1862 par lequel les chefs de la région d’Obock cédaient en toute propriété à la France, moyennant une forte redevance, le mouillage d’Obock et les territoires s’étendant du Ras-Doumeira au Ras-Ali.

Le 14 décembre 1884, le sultan du Gobaad, donnait à la France le golfe de Tadjoura. Ces deux traités étaient approuvés par un décret du gouvernement français du 21 août 1885 avec le sultanat de Gobaad. Le 26 mars 1885, les chefs de la région de Djibouti signaient également un traité où ils reconnaissaient le protectorat de la France, traité « d’amitié éternelle ».

Le Ras-Djibouti fut occupé en 1888. Abandonnant Obock, le gouverneur Lagarde, commandant le territoire d’Obock, créa alors une nouvelle capitale à Djibouti. En 1892, le siège des possessions d’Obock y fut transféré, et en 1895 le village comptait déjà 5000 habitants.

Les travaux de construction du chemin de fer Djibouti-Addis-Abéba débutèrent en 1898 pour atteindre la capitale éthiopienne en 1917, lui offrant ainsi un débouché maritime vital.

Après la deuxième guerre mondiale, en 1946, Djibouti recevait le statut de territoire d’outre-mer, avec création d’une assemblée territoriale élue. La loi-cadre de 1956 ajoutera au statut de 1946 un conseil de gouvernement chargé, sous la présidence du chef de territoire, de la gestion des affaires locales.

Le 27 juin 1977 : le Territoire Français des Afars et des Issas devient la République de Djibouti


L’ancienne Côte Française des Somalis et l’ancien Territoire Français des Afars et des Issas devenaient la République de Djibouti. Monsieur HASSAN GOULED APTIDON était élu démocratiquement premier Président de la République, et Chef du gouvernement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
toine21




Age : 60 Date d'inscription : 18/12/2010 Nombre de messages : 470 Localisation : Côte d'Or Emploi/loisirs : retraité - camping-car

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Lun 6 Fév - 13:35

Le 13 janvier 1977 après être passé par l'Hôtel de la Marine où j'ai retiré mon passeport, j'ai pris l'avion à Orly direction Djibouti, où j'embarquais à bord du Bâtiment de Commandement de l'Océan Indien (Alindien) à savoir le PRE La Charente. Ce 13 janvier il faisait un vrai temps d'hiver, il neigeait mais j'ai quant même pu me rendre à la Tour Eiffel. A 18h00, j'ai pris la direction des Invalides pour prendre la navette pour Orly. Après une escale technique à Rome, vers 04h40 le lendemain, le Boeing 707 se posait à l'aéroport de Djibouti, par une chaleur écrasante.
J'ai donc embarqué sur la Charente en tant que timonier pendant un an deux mois et deux jours. Dans les premiers temps je dormais dans une chambrée de 20 personnes, puis mon ancienneté à bord m'a permis d'accéder à une cabine de deux, où nous avions tout le confort d'un bateau civil, air conditionné, frigo etc... La Charente était un ancien pétrolier norvégien "Le Beaufort" construit en 1957.
Durant le mois de février, nous avons pris la mer en direction de Singapour, après une semaine de représentation alors que nous faisions route vers Perth en Australie, nous trouvant dans le détroit de la Sonde entre les iles de Java et Sumatra, nous avons été dans l'obligation de rebrousser chemin, après la découverte une importante prise d'eau après la rupture d'une canalisation. Nous sommes donc retourné à Singapour pour réparation.
Nous avons quittés Singapour le jour de mes 20 ans, pour regagner Djibouti, nous avons auparavant fait escale à Colombo au Sri Lanka. Puis au mois d'avril, ce sera les Seychelles pour le premier anniversaire de l'indépendance de cette ile.
Le 27 juin à 00h00, équipé du chronographe du bord, je donnais le top au gars qui se trouvaient aux mortiers de 40 pour la célébration l’indépendance de la république de Djibouti.
Le 17 juillet nous quittions Djibouti afin de rejoindre la métropole

La cabine que j'occupais (il s'agit de mon frère qui était embarqué sur le Clem lors de la mission Saphir II)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La table à cartes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le quartier 2, un quartier parmi d'autres que nous ne devions pas fréquenter.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lorsque l'un de nous quittait le bord pour la métropole tout le bord l'accompagnait à l'aéroport. (je suis sous la flèche)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le grand pavois le 27 juin 1977
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le minaret
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La place Ménélik où se trouvait le café de Paris, où nous retrouvions les légionnaires qui assuraient la surveillance de la frontière de l’Éthiopie, ils passaient trois jours de perm pour un mois dans le désert.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le palmier en zinc de sinistre mémoire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
à suivre.
avatar
toine21




Age : 60 Date d'inscription : 18/12/2010 Nombre de messages : 470 Localisation : Côte d'Or Emploi/loisirs : retraité - camping-car

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Mer 28 Mar - 22:09

Djibouti , époque 1989-91.

"Ballade" au Lac Assal......Très....très.....forte chaleur !




Avions "Mirage" survolant l'île du Diable , au Goubeth.


Dernière édition par FRANCOIS61 le Dim 30 Juin - 21:07, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Jeu 29 Mar - 11:56

Magnifiques photos,bravo Antoine et françois.
Lorsque nous mouillons avec le Totor sur les hauts fonds du Goubeth,la pèche était miraculeuse.
A+
avatar
alain 61




Age : 71 Date d'inscription : 13/03/2012 Nombre de messages : 39 Localisation : l'ile de beauté Emploi/loisirs : reconstruction

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Jeu 29 Mar - 17:53

[center]A cette époque là ,effectivement , quel plaisir , la pêche !
A la "traîne" en bateau à peine au large des îles ; ou bien tout simplement du bord de mer
ou sur un "piton"....c'était mon coin à "petites" Carrangues.





Dernière édition par FRANCOIS61 le Dim 30 Juin - 21:05, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Jeu 29 Mar - 22:38

Bonjour,
Le plan de la ville de DJIBOUTI 1989-1991.
Un rappel de souvenirs.......Les  "Bars" à  ""NAYAS""......! il est des notres







Dernière édition par FRANCOIS61 le Dim 30 Juin - 21:06, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Ven 30 Mar - 17:10

Une carte postale du ""PALMIER EN ZING"" achetée à Djibouti.
Cette photo, "un classique" dès que l'on cite Djibout...... , mérite de faire connaître
ses références . :respect:







Edition SOFRAF--CENTRALFOTO--DJIBOUTI
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Lun 11 Juin - 22:06

Pour les "Anciens" de Djibouti et,.........Pour Tous !..........Bons SOUVENIRS. (Sans musique pour ne pas vous distraire) il est des notres


avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Campagne de Djibouti Mar 12 Juin - 19:07

Djibouti, escale souvenir
Fin 1954 retour de Diego, avec un gars du Malabar, nous sommes deux marins noyés dans une mer kaki, une troupe de l’armée de terre. Toute l’armée embarquée sur le paquebot Jean Laborde est sous l’autorité des gradés, officiers supérieurs et sous-officiers de l’armée de terre. Heureusement au départ à Diego, à la demande de l’équipage, nous trouvons du boulot à bord, pour moi ce sera le bar des secondes classes et mon ami celui des premières classes. Nous sommes détachés et exemptés de corvées de dortoir et de gamelle ; de ce fait nous sommes peu connus des chefs.
Arrivé à Djibouti, le Jean Laborde fait escale pour la journée et toute la troupe est consignée à bord. Pour un marin qui dit escale dit sortie à terre.
Nous considérons qu’en tant que détachés, nous ne somme pas concernés par cet ordre. Mais on ne sait jamais.
Heureusement avant de quitter Diego, je m’étais fait faire un costume civil (bleu pétrole, la couleur à la mode à l’époque). Je mets le pantalon et le barman me prête une chemisette crème, mon copain emprunte une tenue civile complète à son boss.
Nous savons que la coupée est gardée par des militaires et des gendarmes. Vers 15H00 nous arpentons d’un pas décidé la coursive qui mène à la coupée. Au cas où nous serions stoppés, nous avons décidé de feindre l’ignorance puisque nous sommes détachés auprès de l’équipage. Probablement surpris par notre démarche volontaire et autoritaire comme des gars du bord, personne ne lève la main et nous sortons sans problème.
Arrivés sur le quai nous prenons un taxi, voiture américaine décapotée, le chauffeur conduit pieds nus. Aussitôt installés nous demandons le Palmier en Zinc où nous éclusons une bière ; le chauffeur nous attend car pendant le trajet du quai au centre ville, on lui a fait comprendre qu’on voulait des filles, en parlant et avec gestes à l’appui (mouvements alternatifs de l’index droit à l’intérieur du poing gauche levé) afin qu’il n’y ait pas de malentendu.
Nous remontons dans la décapotable, il est vers 16H00, notre chauffeur connait bien les lieux, il nous conduit dans la zone appropriée ; à peine débarquée une vieille se jette sur mon copain et lui dit ‘’viens avec moi, j’ai une fille toute neuve’’. Pas le temps réfléchir, nous suivons la mamie édentée qui nous conduit vers sa case à travers un dédale de ruelles et en enjambant les caniveaux.
Arrivés dans la case circulaire et crasseuse, avec un mât central comme un poteau téléphonique, la maîtresse des lieux barricade sérieusement la porte et nous attribue un lit chacun ; il reste encore plusieurs lits disponibles.
La fille est là, d’un âge indéfinissable mais jeune. Je dialogue avec mon copain et je lui dis que pour moi c’est niet, nous sommes permissionnaires à l’arrivée à Marseille ; donc retour à la maison et plus de surveillance sanitaire par l’infirmier. Après une campagne à Diego, je suis au parfum des risques encourus. Je ne me vois pas consulter dans ma ville.
Finalement mon copain se range à ma raison. Comme nous ne nous décidons pas, la vieille s’impatiente, elle demande de l’argent, elle insiste, elle revient à la charge. Si elle demande du renfort, on va avoir des problèmes pour rentrer à bord. Mon pote se décide, il sort la monnaie et demande qu’elle envoie chercher de la bière. Elle obéit et déverrouille la porte, je respire, s’il faut sortir en urgence.
La fille est de retour avec les 2 canettes. La mère a de la suite dans les idées, elle revient à la charge pour l’argent et comme elle a compris que nous ne sommes pas décidés pour le grand jeu, elle nous propose une variante.
Elle demande une cigarette et nous dit que si on paie (avant) elle va demander à la fille de fumer avec son sexe.
Comme nous voulons sortir sans casse, on paie et la fille se colle debout contre le mât central, s’introduit dans le vagin la cigarette allumée par mon associé. Par des contractions ventrales, effectivement elle expulse de la fumée de sa vulve.
Plus tard, mais beaucoup plus tard je comprendrai pourquoi. La fille avait été excisée et infibulée, alors l’un comme l’autre, on ne serait jamais arrivé à la pénétrer. Elle est restée neuve encore longtemps, sa mère (si c’était elle) ne risquait pas de tuer la poule aux œufs d’or, elle avait trouvé une machine à sous.
Il y a 2 ans, j’ai rencontré un ancien officier aviateur de Djibouti qui a pris sa retraite à Diego ; lorsque j’ai commencé à lui raconter mon l’histoire, c’est lui qui l’a terminée, donc c’est probablement une ruse locale courante dans ce pays.
Extrait du livre de mes mémoires. Mécano
A toi, le Marseillais du Malabar, mon complice dans cette aventure, si tu lis ces lignes et que tu te reconnais, fais moi signe.
avatar
Mécano




Age : 82 Date d'inscription : 28/04/2009 Nombre de messages : 253 Localisation : Ardennes Emploi/loisirs : retraité/voyages

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Jeu 14 Juin - 9:37

Bonjour à Tous, Bonjour Mécano,

Vraiment intéressant à lire l'extrait ci-dessus. Merci !
A Djibouti, j'ai connu un autre "Type" de "Machine à Sous". Cela se "Passait" à la FLECHE ROUGE, un Bar à NAYAS.......
"Officiaient : MAMIE FANTA et ses Emules. Mamie Fanta ! Une "Star"! : Elle introduisait dans son V..IN, les pièces de
monnaie tendues. Rien ne retombait.......Un vrai "Coffre-Fort.....Intime"


Dans la vidéo ci dessous, l' "Arrivage" du KHAT dans les rues de Djibouti. Il nous était fortement déconseillé de "Fréquenter"
ce trajet à cette heure là !



avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Mar 14 Aoû - 10:16

J'ai trouvé cette vidéo sur Youtube, mis à part des véhicules plus récents, rien n'avait changé en 1977 lorsque j'y étais. J'aurais pu faire cette vidéo.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
toine21




Age : 60 Date d'inscription : 18/12/2010 Nombre de messages : 470 Localisation : Côte d'Or Emploi/loisirs : retraité - camping-car

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Mar 14 Aoû - 10:40

Cette autre vidéo un peu longue L'Histoire de Djibouti diffusée en France 3 jours avant l'indépendance en juin 1977
avatar
toine21




Age : 60 Date d'inscription : 18/12/2010 Nombre de messages : 470 Localisation : Côte d'Or Emploi/loisirs : retraité - camping-car

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Campagne à Djibouti Mar 14 Aoû - 13:14

Le Khat, que de souvenirs.
J'en ai consommé avec des djiboutiens. Durant mon séjour à Djibouti, j'avais une régulière prénommée Halimo, une somalienne qui travallait au bar de la Lune rue d'Ethiopie. Elle habitait le quartier 2, qui nous était déconseillé de fréquenter, mais lorsque l'on a 20 ans, on n'a que faire des interdictions. Avant l'indépendance du 27/06/1977, nous sortions en civil et dès le lendemain nous étions dans l'obligation de sortir en tenue, nous trouvant en territoire étranger. Mais cela n'a rien changé à mes habitudes, lors de nos sorties nous devions renseigner le registre des absences qui se trouvait à la coupée, le nom - l'heure de sortie et l'heure de retour, mais en ce qui me concerne c'étaient les copains qui renseignaient mon heure de retour et le lendemain matin ils en faisaient de même pour ma sortie, car en fait je passais la nuit dehors, et il en a été de même après l'indépendance, je sortais en tenue, et j'allais me changer chez Halimo où j'avais laissé des effets civils, ceux-ci étaient lavés et repassés à chaque fois. La consommation de khat se faisait chez cette femme, nous nous retrouvions dans la pièce principale, assis à même le sol avec chacun notre branche, j'étais le seul français parmi les 4 à 5 djiboutiens présents. Lorsque nous machions ces feuilles il était de coutume de fumer des blondes et de boire du coca cola, personnellement je n'ai pas vraiment ressenti d'effets particuliers lors de ces séances.
Enfin c'était la bonne époque.

avatar
toine21




Age : 60 Date d'inscription : 18/12/2010 Nombre de messages : 470 Localisation : Côte d'Or Emploi/loisirs : retraité - camping-car

Revenir en haut Aller en bas
Campagne à Djibouti Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rendez-vous des Anciens de La Royale :: 

Les Campagnes et l'Outre-Mer

 :: 

AFRIQUE

 :: 

DJIBOUTI

-