Le rendez-vous des Anciens de La Royale

Souvenirs et Discussions d'Anciens Marins de la Marine Nationale
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

La Clé à Molette Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message Auteur
MessageSujet: La Clé à Molette Dim 11 Oct 2015 - 13:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Bonjour,

Mon unique photographie (diapo), réalisée à Papeete en ces années 1973-1975.

Ce monument, dédié à la France Libre, était situé en Bord de Mer, pratiquement à son Ouest, sur le Boulevard de la Reine Pomaré, face à l'Avenue Bruat et face à quelques "bistrots" ou "dancing" bien connus de ceux qui étaient présents ou de "passage" à Papeete après son édification.

- Mon attention, dernièrement, en lisant la Presse "Tahitienne" , a été attirée par différentes péripéties liées à l' histoire de ce monument et, à ses "déménagements".

- Pour vous faire connaître, comme à moi, des "choses" que j'ignorais,  je joindrai des articles plus développés et compétents.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
FRANCOIS61




Age : Date d'inscription : 30/09/2013 Nombre de messages : 3888 Localisation : Var Emploi/loisirs : Photographie

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Clé à Molette Dim 11 Oct 2015 - 17:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Après le célèbre appel du Général de Gaulle le 18 Juin 1940 à Londres. Tahiti fut la première colonie française à se rallier à la France Libre.

En souvenir de ce grand homme, l'État français décide en 1973 de lancer un concours pour l'élaboration d'un monument commémoratif. C'est le projet, très contemporain, de l'architecte Rodolphe Weinmann. secondé du décorateur René Dessirier et de l'artisan sculpteur Nino Picolini, qui est retenu.

Le monument proposé est formé de deux blocs sensés représenter deux proues de pirogues polynésiennes, volontairement décalés et ouverts sur un vide formant une croix de Lorraine. La croix de Lorraine, symbole de la France libre est également le symbole de ce grand général et ancien président de la république française. Le décalage des deux blocs symbolise, d'après l'architecte, la carrière de De Gaulle toujours à la croisée de mouvants s'opposants, mais qu'il réussit à chaque fois à réunir.
Une œuvre qui brille par sa simplicité mais qui a été un peu difficile de faire accepter car les anciens de la Marine voulaient y rajouter une ancre et ceux de l'aviation, une hélice.

Mais où l'installer ? A cette époque les indépendantistes voyaient d'un très mauvais œil ce monument à la gloire du Général et le maire de Papeete qui ne voulait surtout pas prendre part au conflit a refusé que l'on le mette sur un terrain communal. Un terrain d'entente fut trouvé et le monument s'installa sur un terrain du Port autonome, en bord de mer en bas de l'avenue Bruat. L'architecte a créé autour de la sculpture un bassin d'eau, des douves, pour mieux protéger son œuvre.

La clé à molette déboulonnée

Un concours a été lancé par Rodolphe Weimann pour trouver un nom à ce monument. Le nom «clé à molette » a fait l'unanimité, car l'oeuvre ressemble beaucoup à cet outil de mécanicien. Un nom prédestiné car il a déjà été déboulonné deux fois.

Implanté initialement en bord de lagon au bas de l'Avenue Bruat. il a été déplacé, soit disant provisoirement, une première fois en 2000, place Tarahoi, lors de l'édification de la place Jacques Chirac. Chirac évinçant De Gaulle, tout un symbole !

II a séjourné une quinzaine d'années devant la résidence du Haussaire avant d'être, en mai dernier, de nouveau déboulonné pour revenir avenue Bruat, désormais avenue Pouvana'a a Opa, entre les deux bâtiments du haut Commissariat.

Mais ce monument qui brillait par sa sobriété a été alourdi par de grosses et horribles ailes noires, lui donnant un air de monument aux morts.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source : Enzo Piccolinioct 2009-Rodolphe Weimann. architecte, juillet 2015
Tahiti Heritage
avatar
FRANCOIS61




Age : Date d'inscription : 30/09/2013 Nombre de messages : 3888 Localisation : Var Emploi/loisirs : Photographie

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Clé à Molette Mar 13 Oct 2015 - 13:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

tahiti infos
avatar
FRANCOIS61




Age : Date d'inscription : 30/09/2013 Nombre de messages : 3888 Localisation : Var Emploi/loisirs : Photographie

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Clé à Molette Mar 13 Oct 2015 - 13:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ladépeche pf
avatar
FRANCOIS61




Age : Date d'inscription : 30/09/2013 Nombre de messages : 3888 Localisation : Var Emploi/loisirs : Photographie

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Clé à Molette Ven 28 Avr 2017 - 9:49

Bataillon du Pacifique


Le Bataillon du Pacifique est une unité formée en Polynésie Française en 1940 et appartenant à la 1re division française libre du général Koenig. Il combat notamment en Afrique du Nord, en Italie et en France. Les soldats du bataillon sont surnommés les "Tamaiïi volontaires", ce qui signifie les enfants volontaires (tamari'i = enfants en tahitien).

Le bataillon fut créé à l'initiative de Félix Broche, alors capitaine, qui sera promu commandant puis lieutenant-colonel avant d'être tué à la bataille de Bir Hakeim. Il était affectueusement surnommé par ses hommes le "Metua" (le père).

Histoire
 
En 1916, un Bataillon mixte du Pacifique est constitué pour aller combattre en Europe et sur le front d'Orient. Pour la seconde fois dans l'Histoire de la Polynésie, un bataillon du Pacifique est formé, comptant dans ses rangs certains vétérans de fa Première guerre mondiale.

Tous sont volontaires. Sur les 600 hommes composant initialement le bataillon, 300 viennent de Tahiti et 300 de Nouvelle-Calédonie.

Cependant, c'est à Tahiti que naît le bataillon sous l'impulsion de Félix Broche, un officier originaire de Marseille et désireux de former un corps expéditionnaire.
À la suite du référendum organisé à Tahiti à la suite duquel les Établissements Français d'Océanie (EFO) se rallient a la France Libre du général de Gaulle, le corps est levé et les 300 volontaires tahitiens quittent Tahiti le 21 avril 1941 sur le Monowaî. Ils arrivent à Nouméa le 1er mai pour récupérer les volontaires calédoniens et se rendent en Australie, à Livrepool Camp (près de Sydney) pour y recevoir leur premier entraînement militaire et un équipement britannique. Delà, ils embarquent a nouveau sur le Queen Mary en direction de Suez pour un voyage qui durera trente jours.

Le Bataillon du Pacifique cantonnera successivement en Egypte, en Palestine (à Qastina. près de Tel Aviv), puis en Syrie avant de retourner en Egypte dont ils passeront la frontière le jour de la Saint Sylvestre 1941.

Il prend place dans le dispositif anglais d'Halfaya et, le 14 février 1942. prend position à Bir Hakeim, ancien poste italien et puits à sec. Les hommes du bataillon, sur ordre du général Koenig commandant la première brigade française libre, s'enterrent en préparation d'une guerre de position.

Le bataillon s'illustre lors de la célèbre bataille de Bir Hakeim du 26 mai au 11 juin 1942, à laquelle le Maréchal Rommel en personne commande les troupes allemandes.

C'est lors de cette bataille que le lieutenant-colonel Broche, qui commandait le bataillon depuis sa création, est tué, le 9 juin 1942, lorsque son poste d'observation est touché par un obus. Alors que son adjoint est tué sur le coup, il agonise dans les bras de son ordonnance. C'est également lors de cette bataille que le sergent Walter Grand devient le premier tahitien à être décoré de la croix de guerre 39-45.

Après la sortie de vive force du 11 juin, le bataillon participe à la seconde bataille d'EI Alamein avant défaire mouvement vers la Tunisie puis de s'embarquer pour l'Italie où il débarque à Naples. Entretemps, le 1er juillet 1942, le bataillon du Pacifique et le bataillon d'infanterie de marine (BIM). ayant tous deux subis de lourdes pertes, fusionnent pour donner le BIMP : bataillon d'infanterie de marine et du Pacifique.

Après de durs combats, notamment a la bataille du Garigliano, le BIMP embarque a nouveau et participe au débarquement en Provence en débarquant à Cavalaire.

Débute ensuite sa remontée vers le Nord : le bataillon combat à Lyon, dans les Vosges, en Alsace et passe les onze derniers mois de la guerre à la caserne Latour-Maubourg, dans l'enceinte des Invalides, à Paris. Cependant, une partie du bataillon ne va pas à Paris et continue le combat dans le massif de l'Authion, dans les Alpes.

À la fin de la guerre, les hommes du BIMP sont envoyés à Saintes puis à Marseille où ils embarquent sur le Sagittaire. Le navire est plus que surchargé puisque 2000 personnes embarquent sur un bateau de 200 places. Après une escale technique en Guadeloupe, le Sagittaire atteint enfin Papeete le 5 mai 1946.

Tous les commerces sont fermés les 5 et 6 mai, et tout Tahiti se déplace pour accueillir les soldats partis depuis cinq ans. Le navire repart peu après pour la Nouvelle-Calédonie.

Le Bataillon compte 76 morts tahitiens.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Wikipedia
avatar
FRANCOIS61




Age : Date d'inscription : 30/09/2013 Nombre de messages : 3888 Localisation : Var Emploi/loisirs : Photographie

Revenir en haut Aller en bas
La Clé à Molette Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rendez-vous des Anciens de La Royale :: 

Les Campagnes et l'Outre-Mer

 :: 

C.E.P et Oc. Pacifique

-