Le rendez-vous des Anciens de La Royale

Souvenirs et Discussions d'Anciens Marins de la Marine Nationale
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

La bravoure des anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message Auteur
MessageSujet: La bravoure des anciens Sam 8 Mar 2008 - 23:06

C'était des marins, des vrais qui sentaient les embruns et la poudre à canon !!! Un peu comme nous !!!! Ils ont fait honneur au Pavillon.
Extrait de La Gazette Web : cinquième et dernière partie


C’est arrivé ce jour-là

Le 1er juin 1794 : le naufrage du Vengeur , par Thierry Sabot

En mai 1794, un grand convoi de grains de deux cents navires, venant des Etats-Unis, était en route pour la France, où la disette sévissait. Ce convoi n’avait pas une escorte suffisante pour lutter contre les croisières anglaises. Sur l’ordre du Comité de salut public, une flotte de trente navires, commandée par l’amiral Villaret de Joyeuse, sortit de Brest pour aller au-devant des navires américains. Mais à peine la flotte sortait du port, qu’elle rencontra l’escadre anglaise, commandée par lord Howe.

Un premier combat eut lieu dans la soirée du 28 mai 1794. Le lendemain, une autre attaque se fit à l’avantage des Français. Le 1er juin, dès la pointe du jour, nos marins se mirent en bataille, et, malgré l’habileté de Villaret de Joyeuse, lord Howe, ayant des forces supérieures, les accabla. Les Français avaient trente vaisseaux de ligne, les Anglais en avaient trente-quatre. Pendant le combat, le vaisseau le Vengeur, commandé par le capitaine Renaudin, perdit tous ses mâts, refusa de se rendre, coula et s’enfonça dans la mer. 260 hommes des 723 qui composaient son équipage furent recueillis par les Anglais. Ceux qui refusèrent le secours de l’ennemi, une poignée, se groupèrent autour du tronçon du grand mât. Quand ils virent qu’il n’y avait plus moyen de résister, ils clouèrent le drapeau tricolore sur les débris du grand mât, afin qu’il ne tombât point au pouvoir des Anglais, et ils s’engloutirent en criant : « Vive la République ! »

Malgré ses lourdes pertes, la flotte française parvient à protéger l’arrivée à Brest de l’important convoi de blé en provenance d’Amérique. Cette livraison de céréale, au moment délicat de la soudure, permet d’éviter la disette.

La Convention décréta qu’une forme du vaisseau de ligne le Vengeur serait suspendue à la voûte du Panthéon, et que les noms de ses marins seraient inscrits sur les colonnes de ce temple. « C’est ainsi qu’on transforme les défaites en victoires dans l’imagination collective, un habile acte de propagande. » (Histoire et dictionnaire de la Révolution française, article Le Vengeur, page 1137).

Sources :
Grands hommes et grands faits de la Révolution française (1789-1804), album du centenaire, Paris, Ancienne librairie Furne, Combet & Cie Editeurs, 1889.
J. Tulard, J.-F. Fayard, A. Fierro, « Histoire et dictionnaire de la Révolution française, 1789-1799 », Paris, Robert Laffont, Collection « Bouquin », 1987.
_________________
Rien ne sert courir, il vaut mieux arriver en retard au boulot que d'arriver en avance au paradis surtout sur la route .....
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
bout de bois
Admin



Age : 81 Date d'inscription : 11/11/2007 Nombre de messages : 1338 Localisation : AVIGNON Emploi/loisirs : RETRAITE PEINTURE ARTISTIQUE

http://www.flickr.com/photos/tableaux_michel/
Revenir en haut Aller en bas
La bravoure des anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rendez-vous des Anciens de La Royale :: 

La vieille Marine

 :: 

La Marine des XVIIème et XVIII siècle

-