Le rendez-vous des Anciens de La Royale

Souvenirs et Discussions d'Anciens Marins de la Marine Nationale
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Tahiti et Polynésie aux temps anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Message Auteur
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 13 Sep 2010 - 12:20

Une petite correction, lire : "gouvernail et quelques bordés" au lieu de "gouvernail et quelques bordées" (1er paragraphe).

Mon professeur de piano et de japonais (véridique) vient de me rappeler qu'il fallait pas confondre "bordé" d'un bateau avec "bordée", tournée des boites de nuit et autres service du bord Very Happy:
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 13 Sep 2010 - 18:43

MERCI
pour tout
BRAVO
avatar
PHIPHI80




Age : 55 Date d'inscription : 19/11/2007 Nombre de messages : 1018 Localisation : AMIENS Emploi/loisirs : pêche à la ligne,en mer,apero

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 15 Sep 2010 - 6:11

Ia ora na outou,

La suite que vous attendez tous (enfin je suppose ?) Rolling Eyes

LE PREMIER BEACHCOMBER* (2)

TE TA’ATA PANIORA (L’ESPAGNOL) : AVIS DE RECHERCHE (suite)
(Alain BLE)

Boenechea décède le 26 janvier 1775 et est enterré à Tautira. Le lendemain la frégate repart vers le Pérou sous le commandement du second Gayangos, avec deux passagers tahitiens volontaires. La tombe du capitaine, profanée par les Tahitiens, pose une interrogation sur celles des exécutés car il parait impossible que leurs corps furent immergés ou enterrés dans une fosse commune sans avoir été observés par des Tahitiens très curieux...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les missionnaires et Maximo entreprennent alors l'évangélisation, mais sans trop de succès. Maximo, se déplaçant beaucoup dans la presqu'île et visitant les chefferies, a sans doute approché, sans le reconnaître, l'évadé. Or, celui-ci, comment se comporta-t-il ? Resta-t-il retranché du côté de Aiarua, du Pari, de Teahupoo, incognito ? L’arii Vehiatua II meurt le 6 août 1775 et son frère Vehiatua III, âgé de 8 ans, le remplace. Quel rapport de succession, de droit, d'identité va avoir l'évadé pour le nouvel arii ? La frégate Aguila revient à Tautira le 3 novembre 1775. Elle récupère toute la délégation espagnole restée pour l'évangélisation et il débarque les deux Tahitiens, bien contents de retrouver leur pays. Elle repart quelques jours plus tard. Ce sera la dernière mission des Espagnols à Tahiti.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La presqu'île de Taiarapu vivra une période calme, tant du côté des navigateurs que des guerres grâce à une coalition entre Vehiatua, Pomare (Tu) plus une promesse de paix faite aux Espagnols, lesquels menacent de revenir... Deux années passent et revoilà Cook qui ancre à Tautira le 12 août 1777 lors de son troisième et dernier voyage à Tahiti. Il visite avec Vehiatua le lieu de la mission des Espagnols, mais n'effectue point de recherche de l'évadé, cette fois-ci ! Il repart vers la baie de Matavai et le 30 septembre 1777 poursuit son périple à travers le Pacifique. De nouveau, c'est le calme à Tahiti iti, l'évadé est maintenant complètement assimilé à la vie tahitienne et doit porter une certaine notoriété. S'est-il entretenu avec les Tahitiens de retour du Pérou, leur a-t-il parlé de son pays, dont il a peut-être la nostalgie ?
Une succession de visites de navigateurs se produit devant Tautira, le Pari et dans la presqu'île à partir de 1788. D'abord le Lady Penrhyn (capitaine Sever), puis le Bounty (capitaine Bligh), le Mercury (capitaine Cox), puis de nouveau le Bounty sous le commandement mutin de Fletcher Christian. La presqu'île est alors habitée par des Européens introduits par Tu Pomare : Péter Brown (suédois) et Churchill (mutin du Bounty) lequel sera même nommé successeur de Vehiatua III à sa mort en mars 1790. Mais il sera vite assassiné par Thompson, un autre mutin, et sera finalement remplacé par Vehiatua IV, âgé de 4 ans. Là aussi, notre rescapé espagnol a été témoin de tous ces événements, mais rien n'a filtré des possibles rencontres ou trahisons, d'autant que le second-maître J. Morisson du Bounty avait matière à raconter ce genre d'anecdote dans ses carnets.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En admettant que l'Espagnol ait été âgé de 25 ans lors de son arrivée en 1772, cela lui ferait 43 ans en 1790. A-t-il eu des descendants ? Si oui, quels noms portent-ils ? Pourquoi lui, qui ne devait pas être illettré, ou sa progéniture, n'ont-ils pas écrit des mémoires, laissé de traces, transmis leur histoire, ne serait-ce qu'oralement ?
Au fur et mesure que le temps passe, que les arii se succèdent, au fil des guerres, des métissages et des épidémies, les témoignages, les preuves, s'évanouissent... La visite à l'état civil de Teahupoo, qui ne débute qu'en 1866, ne donne aucun nom de consonance espagnole.
Or le hasard, la coïncidence ou la prémonition ont fait que la vallée de Aiarua, devant laquelle Boenechea ancra ses navires, appartient maintenant à une personne au nom espagnol : Enrique "Quito" Ariimate Braun Ortega...
La boucle des destins aurait-elle été bouclée ?
Alain BLE

* beachcomber, mot anglais : "batteur de grève". Les beachcombers étaient parfois des naufragés, le plus souvent des bagnards échappés ou des déserteurs de baleiniers. Adoptés par un chef, mariés à une insulaire, ils devaient rendre des services : interprètes auprès des équipages de passage, mercenaires lors des guerres internes.
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 17 Sep 2010 - 12:22

Tu as eu toutes mes observations sur ton blog en ce qui concerne le beachcomber mais faute de temps je n'avais pas lu ton article sur le Kon-Tiki cela ne vas pas tarder. Merci Pierre
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1202 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 30 Mai 2011 - 10:37

Bonjour à tous,
J’ai publié, samedi dernier, sur mon blog, un extrait du livre d’une voyageuse qui a séjourné à Tahiti en 1877/78. Le sujet de l’extrait est le marché de Papeete ; elle parle des « chapeaux de marins » que portaient les tahitiens à cette époque et cela a donné lieu à une petite discussion entre un ami « vieux tahitien » (Christian), notre ami Claude Saint Etienne et moi-même sous le nom de Taram. J’ai pensé que cela pourrait vous intéresser, je le publie donc dans ce sujet ( à modifier s'il y a un sujet "tenue de marin") avec les commentaires et l’accord des commentateurs.

Marché tahitien à Papeete

Constance Gordon-Cumming (1837 - 1924) est une femme écrivain voyageur et peintre écossaise.
(d’après « Les voyageuses du XIXème siècle » de A. Chevalier et « A Lady's Cruise on a French Man-of-War » de Constance Gordon-Cumming)
…….

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Rade de Papeete
Miss Gordon-Cumming se préparait en 1880 à regagner l’Angleterre, quand l’occasion lui fut offerte d’effectuer une partie du voyage d’une manière toute imprévue, et qui devait charmer ses goûts aventureux. Un vaisseau français, le Seignelay,…
…..
Il faut nous contenter d'une dernière citation : un marché tahitien à Papeete.
« Après avoir suivi des chemins traités de rues, mais qui sont, à proprement parler, des allées ombreuses d'hibiscus jaunes et d'arbres à pain, j'arrivai sur la place du marché couvert, où était rassemblée une foule de l'aspect le plus gai qu'on pût désirer; la plupart de ceux qui la composaient portaient des robes de couleurs éclatantes, car il s'agissait de gens du peuple dont le deuil officiel pour la bonne vieille reine touchait à sa fin.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Te matete de Paul Gauguin
Les longues tresses de cheveux noirs, jusque-là si soigneusement cachées sous les coquets chapeaux marins, se déroulaient à présent dans toute leur longueur, et tresses et chapeaux étaient enguirlandés de fleurs embaumées : jasmin du Cap, oranger, laurier-rose ou hibiscus écarlate. Beaucoup, à la place de boucles d'oreilles, portaient une délicate et blanche étoile de Jasmin. Cette population n'est pas aussi sympathique que celle des districts plus éloignés. Un contact trop continuel avec les navires de commerce et les débiteurs de grogs a contribué largement à détériorer leur santé morale et physique; mais, malgré tout, une foule composée d'indigènes des mers du Sud est toujours un spectacle agréable aux yeux, et ces groupes de jeunes filles, vêtues de longues tuniques d'un rosé délicat, d'un blanc pur, parfois d'une nuance écarlate ou du vert pâle de la mer, paraissent toujours charmantes quand elles jasent ensemble, riant et roulant de minimes débris de tabac dans des bandes de pandanus ou de feuilles de bananier, pour faire l'inévitable cigarette.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Les hommes portent des pavus en cotonnades de Manchester, fabriquées exprès pour ces îles, et dont les dessins sont indescriptibles. Les plus à la mode sont les fonds rouge éclatant avec des impressions blanches; par exemple, des groupes de couronnes rouges au centre d'un cercle blanc, ou encore des rangées de couronnes blanches alternant avec des groupes d'étoiles. Les fonds bleu sombre avec des cercles et des croix jaune d'or, ou bien écarlate avec des ancres et des cercles orange, ont aussi beaucoup de succès. A la description cela paraît un peu tapageur, mais l'effet est vraiment pittoresque. La variété des dessins, dont pas un ne s'est jamais vu en Angleterre, est quelque chose d'étonnant. En outre, les hommes portent des chemises blanches et des chapeaux de marins, sur lesquels ils attachent des mouchoirs de soie aux vives couleurs, noués sur l'oreille ou qu'ils entourent d'une guirlande de fleurs...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Chacun apporte au marché ce qu'il peut avoir à vendre ; un jour la marchandise abonde, le lendemain il n'y a presque rien. Que ce soit peu ou beaucoup, le Tahitien le divise en deux lots et attache ses paniers ou ses paquets à un léger bambou qu'il porte en travers de l'épaule, et qui, si léger soit-il, pèse parfois plus que le maigre butin qui y est suspendu : quelques crevettes dans une feuille verte pendent à un bout, un homard à l'autre; ou peut-être un minime panier d'œufs frais, auquel une demi-douzaine de poissons argentés font contrepoids. D'autres fois le fardeau est si lourd, que le bâton plie; c'est, par exemple, deux énormes régimes de bananes sauvages, et vous vous dites que l'épaule du pauvre homme doit être meurtrie, à les avoir descendues par les rudes sentiers de la fente de roc où l'arbre qui les portait avait sans doute sa racine. On dirait des bouquets de gigantesques prunes dorées; comme couleur elles sont merveilleuses; mais, en qualité de comestibles, je ne puis arriver à les apprécier, ce qui est fort heureux, car un proverbe indigène dit que l'étranger qui aime les faces ne peut vivre ailleurs qu'à Tahiti. Quand vous entrez dans le marché frais et ombreux, vous voyez ces grappes d'or pendre par centaines à des cordons tendus d'un bout à l'autre, avec des bouquets de mangues et d'oranges. Ces dernières sont également amoncelées dans des corbeilles garnies de feuilles vertes. Parfois on a insoucieusement coupé une branche entière chargée de fruits. Ananas, noix de coco, fruits de l'arbre à pain abondent également, ainsi que des paniers de rouges tomates. »

LES COMMENTAIRES :

Bonjour à tous,
D'après "Tahiti et les îles de la Société : Moorea, Huahine, Raiatea et Tahaa, Bora Bora, Maupiti" de Christian Gleizal et Collectif ""l'artiste anglaise Constance Gordon-Cumming, qui séjourna à Tahiti d'octobre 1877 à mars 1878..."
La date mentionnée par A. Chevalier de 1880 pour son départ de Fidji serait donc fausse...
D'autant que Miss Gordon-Cumming parle du deuil officiel pour la reine Pomare IV décédée le 17 septembre 1977.
Commentaire n°2 posté par N.L. Taram avant-hier à 06h49

J'aime cette écriture simple et aérienne à la fois. Toutefois je pense qu'elle a confondu homard et langouste?
Un extrait des bananes, pas d'affirmation, une suggestion...
"Ou l'arbre qui les portait avait sans doute ses racines"
Commentaire n°3 posté par SAINT ETIENNE Claude avant-hier à 08h44

Bonjour Claude,
Il y a en effet quelques erreurs. Cette anglaise n'a résidé qu'environ 5 mois à Tahiti et cela en 1877/78. De plus, ce texte anglais a été traduit en français par Chevalier en 1895, je pense que ce dernier n'était jamais venu en Polynésie. Pour les homards, c'est certainement les langoustes ; Concernant les bananiers, ce n'est pas un arbre mais une herbacée, je pense qu'elle parle des bananiers sauvages (fei ou meia tara ....), Ils ne poussent qu'en hauteur (entre 400 et 1200 mètres) et les fruits ne sont comestibles qu'après cuisson. Pour les noms en tahitien, la traduction est approximative : pavus pour pareo et faces pour fei (ou fehi).
Le texte est agréable et typiquement féminin, elle parle des robes, chapeaux, cheveux, des hommes,... Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches...
Merci Claude pour ce livre que je découvre maintenant.
Réponse de N.L. Taram avant-hier à 10h35

Bonjour à tous,
Miss Gordon-Cumming parle plusieurs fois des "chapeaux de marins" des femmes et des hommes. Cela m'a intrigué... En fait, c'est une mauvaise traduction soit de l'écrivain, soit du traducteur, du mot "canotier".
Wikipedia : "Le canotier est un chapeau de paille de forme ovale à fond plat, à bords également plats, orné d’un ruban, qui fut mis à la mode par les fervents du canotage dans le courant du XIXe siècle, d’où son nom."
Petit Larousse Illustré : "Canotier, 1. rameur faisant partie de l'équipage d'un canot. 2. chapeau de paille à calotte et bords plats."
Je crois même qu'à une époque les marins de la Royale portaient le canotier (Claude, notre historien de la marine, confirmera)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Commentaire n°4 posté par N.L. Taram avant-hier à 22h10

Taram

En parlant de canotiers: quand ma mère était jeune le canoter était trés apprécié par sa légèreté, sa beauté , son style et surtout le fait que cela protégeait du hâle du soleil. Cela permettait aux brunettes de ne pas noircir au soleil.
J'ai quelques reproductions sur cadre ( photos ) des tabeaux de Gordon- Cumming que j'avais acheté il y a trés long temps au musée Gauguin . Ils représentent des polynésiennes habillées de façons différentes dans une cour, le diadème ( montagne ), les flamboyants qui étaient tout jeunes de chaque côté du Cours de l'Union Sacrée. Cette route ressemblait à un chemin de terre.
La particularité de ses peintures c'est que c'est presque des photos, il n'y a pas d'interprétation personnelle, c'est nature. Aucune trahison de la réalité.
La traduction de ses textes de l'anglais au français est d'une personne qui ne maîtrisait pas du tout la langue de Shakespeare .
Commentaire n°5 posté par christian Penilla y Perella hier à 02h47

Bonjour Taram
Dans la marine sous le troisième empire et un peu plus, les matelots militaires portaient le chapeau à ruban fait de filasse compressée avec toile extérieure noire. Fin XIXème les troupes de marines coloniales quant à elles, c'est peut être de là que vient la description faite, portaient des chapeaux de paille avec ruban, soie fil d'or. Plus tard les marins porteront le bâchi avec un ruban en rayonne et fil doré.
Maintenant, ainsi que l'atteste les vieux films, César entre autre, par signe d'élégance, le canotier s'est très bien répandu dans la marine marchande et ce, sur plusieurs décennies.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Commentaire n°8 posté par Claude Saint Etienne hier à 22h13

Bonjour Claude,
Merci pour ces précisions et ces photos. J'ai maintenant compris ce mystère des chapeaux de marins dans les vieux films d'époque (Les mutinés de la Bounty,...)

----------o----------

Encore quelques précisions :
Miss Gordon-Cumming voyageait sur le Seigneley, navire français, commandant Paul-Emile Lafontaine.
J'ai fait une recherche sur ce marin, voir wikipedia
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Il participe à la guerre du Mexique sous les ordres d'un certain amiral
Edmond Jurien de La Gravière.....
Enfin, il a écrit un livre "Campagne des mers du sud" que j'ai immédiatement commandé chez amazon.fr
De la lecture en perspective... il suffit de prendre son temps


avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 31 Oct 2013 - 16:39

Sujet déplacé de : Marine du XVIIIe...siècle.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Très beau sujet !......super 

Merci
_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ADMINISTRATEUR-MODERATEUR
avatar
marcjean




Age : Date d'inscription : 20/08/2013 Nombre de messages : 2489 Localisation : 83 Emploi/loisirs :

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: JAMES COOK Mar 8 Avr 2014 - 3:06

Bonjour à tous,

au cas où certains d'entre vous souhaiteraient séjourner à Tahiti,
je leur conseille d'apprendre d'urgence le reo tahiti (langue tahitienne)
car si l'on en croit certains "politiques", cette langue devrait devenir obligatoire...   affraid 

De plus vous serez les premiers à découvrir mon dernier diaporama PPS

LE VOCABULAIRE DE COOK

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] from [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


IMPORTANT POUR POUVOIR LIRE LE TEXTE :
Pour voir ce fichier PPS en plein écran, cliquez sur les 4 petites flèches en bas à droite

Si vous êtes intéressés par "Les voyages du capitaine Cook", je vous signale que je publie
de temps en temps des extraits de son passage à Tahiti et aux Îles-sous-le-vent, lors de
son deuxième voyage. Ces extraits viennent d'une édition de 1811 (donc "domaine public")
qu'un ami a trouvé chez un bouquiniste... et m'a offert.
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tahiti et Polynésie aux temps anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 6 sur 6 Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rendez-vous des Anciens de La Royale :: 

Les Campagnes et l'Outre-Mer

 :: 

C.E.P et Oc. Pacifique

-