Le rendez-vous des Anciens de La Royale

Souvenirs et Discussions d'Anciens Marins de la Marine Nationale
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Tahiti et Polynésie aux temps anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Message Auteur
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 4 Mar 2009 - 10:03

Oh là là ! Claude, tu y vas fort.... il y a beaucoup d'hommes politiques qui tomberaient sous les coups du Code Pomare !!!!

Dis-moi, pour l'article suivant :
"37. Te haavivo parau au ra.] — Celui qui vous abuse, au son agréable du vivo [la flûte tahitienne]."
C'est valable aussi pour les vahine "celle qui vous abuse.... " ?
Parce que moi, ça va faire 44 ans que je me fait abuser ! lol!
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 4 Mar 2009 - 10:52

Voilà, c'est fait, tout le code est installé, demain on passe aux choses sérieuses.
Désolé Pierre, dans ce code ta vahine a autant de motifs de te faire rendre gorge, que toi de le faire à son égard...

[51. Te faa upaparia ra.] — Celui qui met joue contre joue [qui parle à voix basse, à l'oreille, par manque de franchise].
[52. Te tapoipoi ra.] — Celui qui dissimule, qui cache [dans un sens très général],
[53. Te panaonao ra.] — Celui qui introduit la main dans le panier, dans le sac [au propre et également au figuré : qui se mêle à l'excès des affaires d'autrui].
[54. Te matamata taua ra.] — Le regard, en dessous, trompeur.
[55. Te ono ra.] — Celui qui se venge [ici apparaît non seulement la nouvelle idée de pardon chrétien mais aussi celle de la punition légale],
[56. Te ohu e raai ra.] — Le turbulent qui brise, avec dommages.
[57. Te opu tu tai tetetete ra.] — Le ventre qui fait beaucoup de bruit [c'est-à-dire celui dont le ventre fait beaucoup de bruit. Pomaré II interdisait ainsi à ses sujets ce qu'on avait dû lui recommander d'éviter en société].
[58. Te maere raufaina ra.] -— Celui qui donne son attention, son admiration à l'étranger inférieur [donc autre que le missionnaire et sans doute quelques autres mais tous sympathisants].
[59. Te papauri e te papatea ra.] —Les gens de mauvaise condition et les papatea [nom de quelques chefs principaux; les uns et les autres considérés par Pomaré II comme hostiles à sa personne et à sa conversion].
[60. Te moe anae ra.] — Le sommeil anxieux [on a déjà vu le « sommeil agité ». On y revient parce que le fidèle au roi et le nouveau converti sont gens au sommeil paisible. Les autres ne peuvent être que des excités préparant une mauvaise action contre le roi].
[61. Te rehovahaiti ra.] — Ceux qui, par leurs propos, engendrent des troubles [le rehovahaiti est le bavard qui brouille. C'est aussi la râpe taillée dans la coquille « Cyprœa tigris » pour gratter l'arrowroot (pia) et le fruit de l'arbre à pain (uru) ].
[62. Te ati noi ra.] — Celui qui mord méchamment, sauvagement.
[63. Te taraire tiapapa ra.] — Celui qui fait rompre la paix établie entre partis précédemment hostiles.
[64. Te uhi tia moana ra.] — Celui qui utilise profondément, au bas-ventre et dans le dos, l'instrument à marquer la peau [c'est-à-dire le peigne à tatouer; cette pratique avait occasionné de graves accidents relevés par les missionnaires médecins.].
[65. Te été rauaha ra.] — Le panier trop cuit [il s'agit du panier contenant les aliments mis au four tahitien; trop cuits, ils perdaient leur saveur. C'était une faute contre la cuisson à point appréciée de tous].
[66. Te aparuru aroa ra.] — Consultation de la divinité au sujet de la guerre et de la paix [ancienne coutume prohibée].
[67. Te rama ra.] — Les prétextes pour tromper [stratagèmes de duperie].
[68. Te haiohaere noa ra.] — Feindre d'aller très lentement [dans le but caché d'une mauvaise action].
[69. Te feai ra.] — Le furieux, le querelleur.
[70. Te etehuhit ra.] — L'abeille sauvage sur le panier [on chasse et on tue l'abeille qui vient sur le panier contenant la nourriture. Elle représente, ici, un être nuisible à arrêter avant qu'il n'ait accompli son mauvais dessein].
[71. 0 anaanateurumea ra.] — Le guerrier valeureux dans le camp adverse [donc à redouter et à intimider par menace de sanction sévère].
Les personnes qui agiront dorénavant ainsi (comme il vient d'être défendu en 71 états ou définitions) commettront une faute; on ne devra jamais approuver ces personnes. Si le roi leur pardonne, ce sera alors fini, mais si le roi ne pardonne pas, il n'y aura plus rien à faire.
Cette loi peut entraîner la mort. Les gens peuvent mourir pour l'avoir transgressée. Il ne faut pas que nous agissions comme il est interdit de faire. (Les répétitions et le ton pour convaincre dénotent un esprit paternel de bonté et d'indulgence qui mérite d'être remarqué.

En 1821, le code Pomaré, revu et augmenté, devint le code Tamatoa pour les Iles de Raiatea, Taha, Bora Bora et Maupiti. La fin de l'article VIII, toujours relatif aux fauteurs de troubles, montre l'évolution des esprits, en deux ans. Il est ainsi conçu : « Celui qui transgresse ces lois faites par la royauté et les chefs de' ce pays. Celui qui agit ainsi, sera jugé avec beaucoup d'attention et condamné à une peine juste prononcée par les juges ». Le texte de Pomaré II était mieux adapté à la nature indigène.)

Cet article est extrait du "Journal de la Société des Océanistes" - Tome VIII N° 8 de Décembre 1952 - MUSEE DE L'HOMME - PARIS
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 4 Mar 2009 - 18:29

C'est Pierre qui parle: Je vais essayer d'être plus bref qu'y hier, surtout pour ce texte "rasoir" qu'est le CODE POMARE.
Mais maintenant que j'ai commençé autant aller jusqu'au bout.... Surtout que le sujet d'aujourd'hui est assez "distrayant " :
- De deux femmes pour un homme ;
- De la femme déjà abandonnée ;
- De la femme légère et de l'homme léger .... etc...

IX. De deux femmes pour un homme. — Il n'est pas juste qu'il y ait deux femmes pour un seul homme, non plus deux hommes pour une seule femme, cela ne s'accorderait pas avec la loi nouvelle à observer. Cependant, l'homme qui a déjà deux femmes, d'après les mœurs païennes, laissons-le simplement, la loi ne verra pas de faute à cela. Toutefois, s'il meurt une de ses femmes, l'autre restant vivante, il ne devra plus en avoir deux.

X. De la femme déjà abandonnée. — L'homme qui a abandonné une femme à l'époque païenne et de ce fait a pris une autre femme, il ne faut pas qu'il retourne vers l'ancienne femme abandonnée. Il ne faut pas non plus que la femme retourne vers le mari anciennement abandonné. Comme (sous-entendu le font) tous les païens, termine l'article.

XI. De la femme légère (tara. vahiné) et de l'homme léger (tara tane). — Nous avons traduit « tara vahiné » et « tara tane » par femme légère et homme léger, restant ainsi dans l'esprit de l'article XI. Le dictionnaire de la mission protestante traduit «tara», pris dans cette acceptation par « sorte de désordre ». Il se pourrait que « tara » soit une corruption 'et une adaptation tahitienne de l'adjectif anglais « adulterate » (terate == tara). Dans l'article XI qui est assez long, on ne trouve le mot « tara » qu'à la première ligne. Voici sa traduction littérale : Lorsqu'un homme léger prend une autre femme, la véritable femme se fâchant alors et qu'elle rejette cet homme qui était à elle, qu'elle le rejette. Si elle désire s'unir à un autre homme, qu'elle le prenne seulement. Cependant, il ne faudra pas que le mari qui aura fauté s'unisse à une autre femme. Qu'il vive seul. Si la femme qu'il a ainsi maltraitée meurt, alors il lui sera possible de s'unir à une autre femme. De même la femme qu'un autre aura pris, si le véritable mari s'en trouve fâché et qu'il rejette cette femme qui était à lui, qu'il la rejette. S'il désire s'unir à une autre femme, qu'il s'unisse seulement. Cependant il ne faudra pas que la femme qui a fauté s'unisse à un autre homme. Qu'elle vive seule. Si l'homme ainsi maltraité meurt, alors il lui sera possible de s'unir à un autre homme.
Ce sont les juges qui diront leur punition, à ceux qui prennent la femme unie à un homme. Voici la punition : ils apporteront, en grand nombre, de bonnes choses aux juges et ce sont ceux-ci qui les donneront à celui dont la femme a été ravie. S'ils ne payent pas en bonnes richesses, s'ils ne donnent pas le prix fixé, on les saisira jusqu'à ce qu'il ne leur reste plus aucun bien, comme prix de la femme qu'ils auront ravie.

XII. De l'abandon du mari et de l'abandon de la femme. — Lorsqu'un homme abandonne sa femme, qui n'a commis aucune faute, qu'on le conseille. Ce sont les gens de la justice qui le conseilleront pour qu'il reprenne sa femme. S'il ne se rend pas à. leurs conseils, qu'on le chasse. Il ne pourra pas reprendre une autre femme. Si la femme qu'il a abandonnée meurt, alors seulement il lui sera possible de prendre une autre épouse. Cependant la femme qu'il aura abandonnée pourra, elle, prendre un autre homme. La femme qui abandonne, sans raison, le mari qui n'a commis aucune faute, sera jugée de la même façon.

XIII. De celui qui ne donne pas à manger à sa femme. — Lorsque le mari ne donne pas à manger à sa femme au point de la laisser mourir de faim, que les gens de la justice conseillent le mari. S'il ne se rend pas à leurs conseils et que sa femme s'en aille pour la raison de manquer de nourriture, que cet homme soit chassé. Il ne pourra jamais plus prendre une autre femme. Cette loi le lui interdit. Quant à la femme qui aura été ainsi maltraitée, si elle désire un nouveau mari, à elle seule de le décider.

Cet article est extrait du "Journal de la Société des Océanistes" - Tome VIII N° 8 de Décembre 1952 - MUSEE DE L'HOMME - PARIS

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ci dessus, le Capitaine Wallis, découvreur de Tahiti. Il est représenté ici lors de son débarquement en Juin 1769, en conversation avec la reine Obéréa (Purea) aux charmes de laquelle il ne put, dit-on, résister.
(Extrait de "Les merveilles du Pacifique" de Bernard Villaret)
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 5 Mar 2009 - 9:58

Merci Gégé,
pour avoir remplacer les deux photos ci-dessus.
Je pense que si les photos en 800 pixels sont coupés, cela provient de la marge à droite. Sur le forum des vétérans du nucléaire, il n'y a pas ce problème car la marge est à gauche et les 800 pixels rentrent justes....
Tu remarqueras que les fac-similés du code Pomare publiés par Claude sont aussi coupés, ce qui n'est pas grave du fait que l'écriture en tahitien est à peine lisible.
Les photos accompagnant mes textes sont généralement en 800 pixels, je demanderai à Claude de les réduire avant publication...

tchin
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 5 Mar 2009 - 10:03

Bonjour Pierre, méaculpa, la routine et la vieillerie.....
J'essaierai à l'avenir d'y penser, surtout pour rassurer la descendance du capitaine Wallis sur la présence réelle du grand grand pépé sur cette île
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 5 Mar 2009 - 10:16

SAINT ETIENNE Claude a écrit:
Bonjour Pierre, méaculpa, la routine et la vieillerie.....
J'essaierai à l'avenir d'y penser, surtout pour rassurer la descendance du capitaine Wallis sur la présence réelle du grand grand pépé sur cette île

Ia ora na Claude,

Bienvenue chez les anciens marins Very Happy ... comme tu vois, je m'en sort bien !
J'aime bien nos amis sahariens et leurs photos sont magnifiques, mais j'ai l'impression de voir toujours la même depuis le début... Quel bol j'ai eu de pas être muté au Sahara (chuuuut !).

Tu as raison pour les descendants de Wallis qui doivent être nombreux depuis le temps.
Tiens, tu me fais penser à récupérer ta photo jeune sur ton avatar....
Je vais faire le tour des mamys du marché.... des fois que ! lol!
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 5 Mar 2009 - 14:59

Merci Pierre, j'ai un souci avec les photos, j'ai beau la trituré, Wallis a déserté ou pire, n'était pas là, aïe......

Suite du Code Pomare 1819
Il est question du mariage, du mensonge et des juges

XIV. Du mariage. — Le mariage avec une femme, c'est le contrat de deux personnes, entre un homme et une femme pour qu'ils se marient tous deux, mais non avec un vrai frère ou avec une vraie sœur. Avec des parents éloignés ou avec d'autres personnes, il est possible de se marier. C'est un missionnaire qui mariera. Ce ne sont pas les juges qui marieront. Les gens qui désirent se marier iront le dire à un missionnaire, il ne sera pas nécessaire de le dire à un juge. C'est le missionnaire, également, qui dira et fera comprendre à tous si c'est bien. Il se pourrait qu'il soit mal d'approuver ce mariage. S'il n'y a absolument rien de mauvais (de contraire), il sera bien de se marier. Voici le mal ; celui-là a peut être abandonné sa femme dans un pays pour aller dans un autre pays et mentir pour se remarier. Ceci ne sera pas du tout accepté en application de la loi nouvelle. Ce qui vient d'être dit s'appliquera aussi pour la femme envers le mari. Pour cela, le missionnaire informera le public. Peut-être le public connaîtra les mauvais agissements de l'un ou de l'autre. L'ayant dit à un missionnaire, le missionnaire connaissant le mal, alors l'homme et la femme ne pourront se marier. S'il n'y a rien de mauvais, il sera bien de se marier. Le jour de la prière, tous assemblés, le missionnaire annoncera le mariage en disant publiquement : un tel et une telle vont s'unir. Alors tout le monde cherchera s'il n'y a aucun mal à ce qu'ils s'unissent. Quand arrivera le jour du mariage, les gens viendront aussi pour en prendre connaissance. C'est aussi le missionnaire qui ordonnera au mari de prendre la main droite de la femme. Le missionnaire dira au mari : tu prends aujourd'hui cette femme pour «ta vraie femme; tu prendras bien soin d'elle jusqu'à sa mort. Le mari répondra : oui. Alors le missionnaire se tournant vers la femme ordonnera à la femme de prendre la main droite du mari et il lui dira : tu prends cet homme pour vrai mari, tu lui obéiras et tu auras de la considération pour lui jusqu'à la mort. La femme répondra : oui. Quand cela sera terminé, alors, le missionnaire dira au public : l'union de ces êtres devenus vrai mari et véritable épouse est faite devant Dieu et devant tous les hommes. C'est le missionnaire qui inscrira leurs deux noms dans le Livre des Mariages. Ainsi ce sera bien. Il est interdit de s'unir clandestinement. C'est mal. Il est bien de s'unir religieusement.

XV. Du mensonge. — Lorsque des personnes mentent habituellement, tiennent des propos inexacts, mentent avec témérité, accusent faussement de vol et de meurtre, d'avoir pris une femme ou de toutes autres choses mal fondées qui circulent, sans que l'on prenne garde, si ces discours ou ces paroles expriment la vérité, les personnes qui agissent ainsi commettent, alors, une très grande faute. Que les quatre longueurs de l'endroit qu'elles devront débrousser (sous-entendu pour cette faute) soient bien mesurées avec, comme largeur, deux « rea » (le reà, en 1819, représentait la mesure anglaise fathom de 1 m. 82), la partie de route assignée suivant exactement la partie que d'autres auront déjà défrichée.
Pour un mensonge, un peu plus petit, c'est exactement deux (sous-entendu reà) de longueur qu'ils devront défricher pour punition et de même pour la largeur. Pour un mensonge plus petit encore, un (sous-entendu rea) exactement, il devra débrousser également pour la largeur. Pour un tout à fait petit mensonge, il n'y aura pas de peine; on jugera seulement et lorsque le jugement sera prononcé, la faute ne devra plus se reproduire. Quand sera terminée la route, que les gens auront défrichée pour avoir fauté, qu'ils auront acquitté leur peine, ce sera tout. Cependant, lorsque les herbes repousseront sur la route, il faudra les arracher de nouveau afin de ne pas l'abandonner. Ceux (c'est-à-dire les propriétaires de la terre traversée par la route) à qui appartient la partie précédemment défrichée, la nettoieront afin que le passage reste beau et soigné. Ils remonteront le centre de la route pour en abaisser les bords afin que l'eau coule sur les bords, que l’on ne soit pas surpris par les pluies et que le milieu où les gens marcheront soit sec. Ainsi la route sera bien. Il se peut que les parents crient et veuillent tous aller faire le travail de celui qui aura fauté. C'est à eux alors de le faire, qu'ils le fassent. Le chef leur donnera davantage à défricher et lorsque sera complètement terminé la partie à débrousser et désignée par lui, alors celui qui a fauté aura payé le prix de sa peine. Ce sont les juges qui, maintenant, diront leur punition aux gens qui mentent communément. Lors du jugement, les gens de la justice fixeront les punitions afin que les menteurs rachètent, avec attention et entièrement leurs mensonges.

XVI. Des juges. — Les îotaï (les îotai représentaient la seconde classe des chefs, ces derniers ayant au-dessus d'eux les grands chefs).
Les îotaï et ceux qui prônent la parole de Dieu jugeront tous les cas portés à leur connaissance.
Suit l'énumération de 707 juges pour les 23 divisions territoriales de Tahiti et de Moorea, à cette époque.

XVII. De la forme des jugements. — Lorsqu'une faute est commise les victimes ne devront jamais se venger de ceux qui les ont maltraités.
Le cas doit être porté à la connaissance des juges qui diront le jugement. La faute examinée, qu'il soit demandé à l'accusé de quel pays il est. S'il vient d'ailleurs, il sera conduit devant le tribunal de son pays pour être jugé encore. Les témoins devront suivre. La faute examinée, les juges diront la peine. Deux ou trois témoins sont nécessaires. Un seul ne suffit pas pour châtier. Si personne ne peut témoigner, il ne faudra pas punir, la liberté sera rendue.

Cet article est extrait du "Journal de la Société des Océanistes" - Tome VIII N° 8 de Décembre 1952 - MUSEE DE L'HOMME - PARIS

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Arrestation de Pritchard le 2 mars 1844.
Pritchard, pasteur anglais et consul d'Angleterre suscita la résistance tahitienne à l'occupation française, alors même que le gouvernement britannique avait accepté le protectorat français.
(Gravure extraite du Mémorial Polynésien)
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 5 Mar 2009 - 21:10

Ia ora na Claude,

Avec ton logiciel habituel pour les photos et les images (Paint brush, Paint Shop pro, ...), tu dois redimensionner tes photos en 640 pixels de large; Tu pers un peu de la qualité mais elles passeront entière.
Voici "l'arrestation de Pritchard" redimensionnée (resize)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Pierre CARABASSE le Ven 6 Mar 2009 - 1:38, édité 1 fois
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 6 Mar 2009 - 1:37

Ia ora na outou,

Excuses-moi, Claude, de marcher sur tes plates-bandes... mais je crois que ce sujet intéressera les marins... Question

Et revoilà notre ami de Bougainville, Comte d'Empire, Sénateur, Grand Officier de la Légion d'Honneur, membre de l'Institut et du bureau des Longitudes.

Extrait du livre "LES VOYAGES DE BOUGAINVILLE" de Michel-Claude Touchard, Les Editions du Pacifique.

LA BOUDEUSE

Frégate de 26 canons de douze, remplacés à Brest par du huit. Un pont unique, sous lequel s’étend un faux-pont où loge l’équipage. Sous le gaillard d’arrière, la grande chambre, large de 7 m et longue de 6, dans laquelle la chambre de Bougainville est implantée. Sous le gaillard d’avant se trouvent les cuisines. Sous le faux pont, les soutes, celles de l’eau étant à l’avant. Telle est la Boudeuse. Reconstitution sous voile d’après les indications de gréement et de couleurs de l’époque. Aquarelle de Marc berthier.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

à suivre...

Note pour Gégé : J'ai agrandi la taille des caractères... parce que ma vue baisse... et je pense que je dois pas être le seul ! Rolling Eyes
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 6 Mar 2009 - 6:11


Claude,
Je viens encore interrompre ta superbe chronique....
Mais je pense que ce texte intéressera nos amis Very Happy

En ce moment, j'anime, sur un blog politique local, un thème sur la monnaie et notre éventuel passage à l'Euro. A la demande d'un blogueur sur la signification de l'inflation, voic le texte que j'ai passé :


Tara, (ma correspondante)

L'histoire se passe en 1767, lors de la visite des premiers touristes popaa à Tahiti. Leur chef de voyage était un certain Samuel Wallis :
...........
Puis Furneaux nomme le canonnier Harrison seul responsable du commerce avec les insulaires........
INFLATION SUR LE MARCHÉ DE LA GALANTERIE
Malheureusement, ce petit marché bien organisé va vite connaître toutes les difficultés inhérentes à un système économique du modèle européen, basé sur l'argent et régi par la loi de l'offre et de la demande. Tout commence le jour où les Tahitiens réalisent que la commodité la plus appréciée par les Anglais n'est ni les cochons, ni les volailles, ni les tubercules, mais les femmes. Désormais, ils se présentent au marché accompagnés de leurs épouses, de leurs filles ou de leurs sœurs et, avec un sens commercial qui étonne et impressionne fortement les marins, ils exigent chaque fois un clou dont la dimension est toujours en rapport exact avec les charmes proposés.
Peu de marins possèdent les clous nécessaires à ce nouveau commerce d'inspiration européenne. Ils s'en procurent donc en les volant, d'abord dans les réserves des charpentiers et des forgerons du Dolphin et, ensuite, lorsque les officiers mettent fin au pillage, en arrachant en cachette les clous du navire. Avec cette augmentation journalière de la masse monétaire, les prix des denrées alimentaires grimpent naturellement très vite. Si cette première inflation dans l'histoire de l'île frappe exclusivement les Anglais, par contre les Tahitiens auront à lutter contre un autre problème classique de cette nouvelle forme d'échange commercial, à savoir l'apparition de la fausse monnaie. Certains marins désespérés et malhonnêtes paient les marchandises et les services rendus avec des clous fabriqués dans du plomb. Naïvement, les Tahitiens s'adressent au canonnier, afin qu'il remplace la contrefaçon par des vrais clous. A l'instar de toutes les banques d'émission, celui-ci refuse tout net de subir les conséquences de ces supercheries et ce sont les insulaires qui y mettent fin eux-mêmes en testant désormais chaque clou avant l'échange.
.............
L'auteur du texte sur "la première inflation" :
Bengt Danielsson, Extrait du Mémorial Polynésien, Tome I.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cette gravure contemporaine illustre bien l'enchantement ressenti par les hommes du Dolphin devant le spectacle que leurs offrent des jolies danseuces plus ou moins nues.


avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 6 Mar 2009 - 8:18

Pierre, Pour mettre des échanges comme celui-ci, tu peux interrompre à tous moments, la cause est bonne, il en va de l'histoire quand même...Une chose m'interpelle toutefois...

Est-ce à partir de ce moment que le corps médical a employé le mot "plombage" pour certaines pathologies ayant justement attrait à l'endroit évoqué?


J'en termine aujourd'hui avec le CODE POMARE - 1819

XVIII. Des maisons de justice. — Que des maisons où sera rendue la justice soient bâties autour de Tahiti et de Moorea. (Ici, 22 emplacements spéciaux sont indiqués pour Tahiti, et 8, sans précision de lieux pour Moorea.)
Dans ces maisons seront jugés tous les cas.
Toutes ces maisons n'auront pas d'autre utilisation.

XIX. Des lois en général. — Cette loi faite par les grands chefs et les chefs sera placée sur la porte de toutes les maisons de justice de Tahiti et de Moorea, afin que tout le monde la connaisse.

Pour conclure, je dirai que le premier code tahitien, rédigé sur un ton à la fois paternel et bourru, réprobateur et conciliant, pour des indigènes façonnés par la coutume sans rapport avec la loi européenne, contenait, l'article VIII étant apprécié à part, quelques innovations acceptables. La plupart étaient prématurées et bien sévères pour un peuple dont Victor Ségalen, après les « Immémoriaux », voulait écrire la fiction moderne sous le titre «Le Maître du Jouir», emprunté à une sculpture sur bois de Paul Gauguin.
La cordiale et souriante nature du Tahiti, empreinte de poésie et de fierté aurait mérité une meilleure compréhension, mais la faiblesse de toute colonisation n'est-elle pas de ne pouvoir comprendre immédiatement ceux que l'on veut instruire et éduquer.

L. J. BOUGE,ancien gouverneur de Tahiti.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Cet article est extrait du "Journal de la Société des Océanistes" - Tome VIII N° 8 de Décembre 1952 - MUSEE DE L'HOMME - PARIS
Le front de mer de Papeete en septembre 1842.
Dessin de Max Radiguet, secrétaire de l'amiral Dupetit-Thouars.

La rade de Papeete en novembre 1843.
Quatre navires de guerre français, la Reine Blanche, le Danae, l'Uranie et l'Ambuscade.
Au premier plan, la frégate anglaise Dublin.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Max Radiguet a participé avec l'amiral Dupetit-Thouars à l'annexion des Marquises et a écrit à ce sujet un excellent ouvrages "Les derniers sauvages" (Quelques extraits à partir de demain)
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 5:20

Bonjour tout le monde (ia ora na tatou*)

Claude, je n'avais pas remarqué ta note :
Est-ce à partir de ce moment que le corps médical a employé le mot "plombage" pour certaines pathologies ayant justement attrait à l'endroit évoqué?
En effet !!!! Very Happy
J'ai peu entendu parler de maladies vénériennes durant la période CEP (à l'exception d'une de nos secrétaires qui avait "plombé" un lieutenant (elle devait travailler pour le KGB Very Happy ))
Par contre, assez souvent les petites bêtes appelées morpions !!!!

Je profite de l'occasion pour vous passer une magnifique image que je viens de publier sur le forum des vétérans du nucléaire :

LE PLUS BEL HOMMAGE A L.-A. DE BOUGAINVILLE

Trait de génie de Philibert Commerson : il dédie au chef de l’expédition cette plante d’un beau rose mauve, aux fleurs abondantes, à l’odeur suave. La reine des plantes grimpantes entraine dans l’immortalité le navigateur qui n’en est encore qu’au début de son épopée : découverte et receuillie en Amérique du Sud, la « bougainvillée » est née. (M.H.N.)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


(NDLR : une horreur… je me suis fait griffer moultes fois le visage et les bras par cette plante pleine d’épines que l’on trouve dans tous les jardins publics et particuliers… y compris chez moi !!!)



* Note : ia ora na outou = bonjour à VOUS tous
ia ora na tatou = bonjour tout le monde (ou NOUS tous)
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 7:36

Bonjour Pierre, Merci pour cette plante véritable régal des yeux.

Il me semble, pour en avoir vu ailleurs, notamment à la réunion, qu'elle existe dans d'autres coloris. Il est vrai que son inventeur y est également passé, trainant dans son sillage Commerson et son valet, qui d'ailleurs, y sont restés. Puis se sont adonnés à l'élaboration de l'un des plus grands, mais peut être aussi, du premier jardin botaniste de dimension internationale, et ce, sous l'oeil attendri de monsieur Poivre, alors gouverneur de cette île.
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 7:58

Bonjour Claude,

Philibert Commerson mourut le 13 mars 1773 à l'île Maurice.
Son assistant(e) Jeanne Baret qui était resté(e) avec lui, rentrera en France et sera la première femme à avoir accompli une "circumnavigation"... Je pense que tu nous raconteras son aventure Question

La deuxième française à faire le tour du monde fut Rose de Freycinet, l'épouse du capitaine Louis-Claude de Freycinet, de 1817 à 1820.
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 8:45

Erreur Pierre, toute modestie gardée il doit s'agir de Marie-Louise Seigneur sur le Roland en 1773, compagne de Kerguelen, et ce sur navire de guerre. Mme Freycinet a eu son voyage offert par son mari sur un navire civil, louer pour l'occasion.
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 9:38

SAINT ETIENNE Claude a écrit:
Erreur Pierre, toute modestie gardée il doit s'agir de Marie-Louise Seigneur sur le Roland en 1773, compagne de Kerguelen, et ce sur navire de guerre. Mme Freycinet a eu son voyage offert par son mari sur un navire civil, louer pour l'occasion.

Claude,
J'avoue que je n'ai pas encore lu l'expédition de Yves Joseph de Kerguelen.
Il me semble qu'il y a eu pas mal de problèmes au cours de cette expédition et même un procés à son retour en France.
Je m'y attèle....

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 12:01

Pierre CARABASSE a écrit:

....J'avoue que je n'ai pas encore lu l'expédition de Yves Joseph de Kerguelen.
Il me semble qu'il y a eu pas mal de problèmes au cours de cette expédition et même un procés à son retour en France.
Je m'y attèle....

L'étude de Kerguelen n'est pas simple car deux écritures existent. Commerson (botaniste du roi), présent dans l'expédition de Bougainville a refusé d'embarquer avec Kerguelen pour la campagne australe. Il donne une explication dans une lettre du 16/02/1772 adressée à son beau frère :
"...Il s'agissait d'aller tourner les terres australes et de reconnaître la position, les limites et les productions de ce nouveau continent. J'ai presque été tenté de céder aux instances réitérées qui m'ont été faites. Une seule considération m'en a empêcher, c'est que j'ai vu beaucoup de pieds dans cette nouvelle bande de navigateurs et pas une seule bonne tête..."
Par contre il écrit aussi une lettre d'un ton très différent de la première à son chef du jardin du roi (M. Le Monnier) :
le 1er mai 1772 il lui écrit ceci :
"....outre que je commence à devenir vieux et infirme, j'aurais à opposer à ses invitations (M. l'intendant Poivre) et aux vôtres que j'ai laissé en Europe une famille au berceau qui commence à me réclamer pour son éducation".

Kerguelen part en campagne en campagne à bord de "La Fortune" accompagné de la flute "Le Gros Ventre" commandé par le capitaine Saint Allouarne. Le 12 février, les deux navires apperçoivent une côte dans la brume par 49° Sud, Kerguelen baptise ces côtes :Terres Australes de France"....sans y mettre pied à terre !
Kerguelen perdra "Le Gros Ventre" dans les brumes australes, il ne rejoint pas les escales convenues mais fait route sur l'île Maurice. De son côté, "Le Gros Ventre" fera des observations scientifiques.

Il faudrait pouvoir lire le journal de bord du "Gros Ventre" sur cette expédition.

Kerguelen semble être un personnage haut en couleurs, à la langue bien pendue, il attire l'attention des gens de cour. Il a l'oreille du ministre de la marine et des colonies (M. le duc de Boyne), qui lui donne tous les moyens soit un vaisseau de 64 canons et une frégate pour découvrir un continent enchanteur en plein Sud (Kerguelen doit être un tantinet mytho), et ce au dépend de Bougainville qui avait préparé une autre campagne sur Tahiti, le ministre la lui refusera.

Tout ça pour dire que l'étude de Kerguelen n'est pas simple, et risque d'être longue. Ne sois pas surpris !
aurevoir
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 12:22

Merci gégé pour ces bonnes précisions. Toutes fois il est bon d'apporter la précision suivante. Les scientifiques avaient en tête de découvrir la terre australe, inconnue jusqu'alors, qui maintenait, d'après eux, l'équilibre de notre bonne planète(par opposition aux continents nordiques, une question de masse). D'ailleurs toutes les expéditions avaient dans leurs instructions cachées, l'ordre de se rendre plein sud pour y découvrir ce fameux continent austral. LA PÉROUSE, BOUGAINVILLE mais aussi cook chez les Anglais.....
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 12:45

Bougainville à tourné pas mal au Sud, mais il avait déjà fait beaucoup de mer, et devant l'état de fatigue, quelques malades et le manque de vivre, il a du refaire cap au Nord. Sinon il aurait mérité de découvrir l'Australie et la banquise australe.
Quand on sait que les îles Kerguelen (ex terres Australes de France) portent ce nom parcequ'un marin anglais (je ne me souviens plus de son nom) les a baptisées ainsi par ironie !...
La présence de ce continent Sud était défendue par une théorie d'équilibre du globe dans l'espace...il devait forcément exister !
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 7 Mar 2009 - 20:45

Ia ora na outou,

J'ai commencé la lecture de l'expédition Kerguelen... passionnant, comme d'habitude !
Mais j'ai trouvé sa dernière aventure et je vous en fais profiter... Shocked


M. de Kerguelen, rebuté par les entraves que les officiers de la ci-devant Marine royale et les bureaux de la marine mettaient à ses opérations particulières, avait résolu, ne pouvant combattre les ennemis de l'État, de faire un voyage autour du monde, pour la perfection de la géographie. Il avait fait construire, en conséquence, à Nantes, une corvette de 10 canons de 2 livres, après avoir obtenu préalablement de l'Amirauté d'Angleterre un passeport pour 4 ans. M. de Kerguelen partit le 16 juillet [1781] de la rade de Paimbœuf avec sa petite barque, nommée Liber Navigator, pour se livrer à tous les danger d'un voyage aussi hardi. Le lendemain, au point du jour, étant à 40 lieues de terre, il vit au vent à lui un gros corsaire anglais de 20 canons de 12 qui lui donna chasse. M. de Kerguelen attendit avec sécurité ce bâtiment qui se nommait l’Alfred*. Le corsaire vint fondre sur lui, l'aborda, lui jeta 50 hommes ivres à bord qui coupèrent tous les cordages à coups de sabre quoiqu'on ne leur fit aucune résistance et que le Liber Navigator portât pavillon parlementaire. M. de Kerguelen montra son passeport signé de 3 lords de l'Amirauté et du Secrétaire Stephens. Le capitaine anglais n'en fit aucun cas et au mépris du droit des gens, s'empara du bâtiment français et le conduisit à Kincale en Irlande. M. de Kerguelen revint en France sur un paquebot, repassa à Londres où il sollicita vivement la justice du Ministre Pitt pour que son bâtiment lui fût rendu. Tout ce qu'il put dire fut inutile. Il perdit sa petite corvette dont l'armement, fait sous la sanction d'un passeport, avait coûté prodigieusement .

Tel fut le sort de la dernière expédition de Kerguelen. Il semblait payer en malheurs réels le coût de ses précédentes fautes. Les Anglais étaient coupables d'un grave manquement à leur parole et, si Kerguelen ne put en aucun cas être comparé à Cook quant à l'importance de ses découvertes, il avait pourtant droit aux mêmes considérations que l'homme du Yorkshire. Il semblait peu probable que le Liber Navigator eût accompli un haut fait, ni que ce qu'il avait fait eût pu représenter une menace pour l'orgueil ou le prestige britanniques. Pourquoi alors Pitt contrecarra-t-il de cette manière la tentative faite par Kerguelen pour restaurer son honneur ?

* L'Alfred, un corsaire de Bristol, capitaine Thomas Walker.



à suivre....
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 9 Mar 2009 - 8:42

Merci pour ce passage qui relate ce qui doit effectivement être la dernière aventure de ce personnage haut en couleur, mais néanmoins une figure très controversée de l'époque...
Retournons dans le pacifique avec tes écrits....

Déception aujourd'hui...
Quand j'ai sorti mon livre "Les derniers sauvages", vieille édition de 1929 que j'avais fait relier en "tapa", celui-ci est en bon état mais je ne pourrai pas scannériser les textes. Les feuilles sont jaunies et le nouvelle reliure a pris sur la marge centrale.De ce fait je ne peux pas ouvrir le livre à plat.
Je vais donc essayer de scanneriser les dessins de Max Radiguet (16 planches) et j'écrirai quelques commentaires.
Voici d'abord la UNE du livre
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Max Radiguet, écrivain et dessinateur de la Marine, fut pendant 4 ans le secrétaire de l'amiral Dupetit-Thouars. L'amiral Dupetit-Thouars qui avait déjà obtenu de la reine Pomare IV un traité favorable aux ressortissants français à Tahiti, fut chargé par le ministre Guizot d'annexer les Marquises. Les Marquises furent donc le premier territoire de Polynésie a être annexé par la France.
Pour l'anectode, je vous signale que les élus marquisiens ont demandé récemment à l'ex-secrétaire d'état à l'outre-mer Christian Estrosi, leur rattachement direct à la métropole (sous forme de département ou de région) et surtout leur détachement de Tahiti. Cela fait partie de leur profession de foi...

Rencontre entre Dupetit-Thouars, Te Moana, chef principal de Taihoae et Pakoko portant une coiffure genre mitre... le 1er juin 1842.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


RADIGUET (Maximilien-René) (1816-1899). Écrivain de la Marine. Max Radiguet fut durant quatre années le secrétaire de l'amiral Dupetit-Thouars et l'accompagna à bord de la Reine-Blanche au cours de son expédition aux îles Marquises. Il assista aux négociations puis aux opérations militaires qui conduisirent à la prise de possession de l'archipel en 1842. Les notes qu'il avait prises au cours de son séjour lui permirent de publier en 1869 "La Reine-Blanche aux îles Marquises, souvenirs et paysages de l'Océanie" dans la Revue des deux mondes. Ce récit pittoresque et romantique fut très apprécié du public et édité l'année suivante sous le titre "Les Derniers Sauvages".
Max Radiguet était aussi un artiste remarquable. Il a laissé 66 dessins, crayons ou aquarelles, qui constituent autant de documents historiques de valeur sur les Marquises et Tahiti au milieu du siècle. Certains ont été reproduits dans l'édition des "Derniers Sauvages"de 1929, d'autres, classés dans un album au Service historique de la Marine, illustrent les volumes de L'Encyclopédie de la Polynésie".

Guerrier marquisien... pas de commentaire, il suffit de regarder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je signale à ceux qui sont amateurs de ce genre de document que, contrairement au "Journal de James Morrison" qui est épuisé chez Fnac et Amazon (ma 1ère déception), celui-ci sera bientôt disponible chez amazon.fr il y a 2 commentaires de lecteurs qui lui donnent 5 étoiles...
Le texte sur Max Radiguet, le dessin ci-dessus et les quatres qui vont suivre, sont extraits du "Dictionnaire Illustré de la Polynésie". Ces 5 dessins ne figurent pas dans le livre "Les derniers sauvages".
Mais je ne vais pas vous faire attendre..

Halte au bord d'un torrent
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fare Marquisien
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jeune Marquisien
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jeune fille de Vaitahu
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par SAINT ETIENNE Claude le Lun 9 Mar 2009 - 13:41, édité 2 fois
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 9 Mar 2009 - 11:38

Merci aux "historiens", je me régale. Mais Claude, si tu ne peux pas scanériser ton bouquin pour ne pas l'abimer, tu peux certainement le photographier si quelqu'un t'aide en le tenant ouvert à 90° seulement. cheers
avatar
Jacques34




Age : 82 Date d'inscription : 30/08/2008 Nombre de messages : 255 Localisation : Vaucluse Emploi/loisirs : Retraité. Paléographie, Les trains à vapeur, généalogie etc.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 9 Mar 2009 - 12:06

Attention ! ! pour reproduire un document quel qu'il soit, et sous quelque forme que ce soit; ce document doit être libre de droit. (précaution que prend Google pour éditer les ouvrages téléchargeables)
On peut citer une portion de texte, en précisant bien sûr l'auteur, mais sans autorisation écrite de celui ci il n'est pas possible de reproduire son ouvrage, voir la loi concernant la propriété intellectuelle.
Par contre la publicité d'ouvrages écrits est autorisée (ce que nous faisons dans "bibliographie").

study
avatar
Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 9 Mar 2009 - 12:24

Gégé a raison, à petite dose et mettre la référence - surtout qu'il va y avoir une réédition du livre, donc quelques passages sans dévoiler le tout
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 13 Mar 2009 - 11:44

Continuons avec Pierre. N'étant pas très doué pour la dissertation, je me contenterai de faire des copier/coller. Bien entendu, ceux qui ne seraient pas intéressés par cette prose peuvent toujours cliquez sur "<-Précédente", en haut à gauche de l'écran.

Je continue donc avec des extraits du livre "Les derniers sauvages" de Max Radiguet.

De frais accidents de végétation, des motifs de paysage pleins de caprice et d'imprévu, des rochers pittoresques, des unions de feuilles aux formes, aux dimensions, aux nuances diverses, de singuliers effets de lumière et d'ombre viennent occuper et distraire en route le promeneur artiste. Au fond du ravin, le ruisseau fredonne sa chanson de cristal et s'en va couchant les herbes longues et minces, une digue naturelle de rochers l'empêche dans son cours, il forme alors un petit réservoir où des femmes et des enfants viennent, aux heures embrasées, chercher le soulagement du bain et demander aux solitaires abris du feuillage le sommeil réparateur ou les ivresses pensives.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


C'est surtout alors qu'on apprécia l'avantage d'une ère de concorde. Elle nous permettait de parcourir sans danger la campagne, de nous mêler à la vie des indigènes et de surprendre le secret de leurs habitudes. Ils nous convièrent souvent à leur koika, s'accoutumèrent à nous voir assister aux fêtes, aux douleurs de la famille, aux cérémonies religieuses, enfin, plus tard, dépouillant leurs scrupules, ils s'enhardirent à répondre, autant que le permettaient leurs tapu, aux questions que nous leur adressâmes, et nous pûmes ainsi acquérir les notions destinées à former la seconde partie de cette étude.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

* koika = fêtes en marquisien, c'est aussi le nom du lieu où elles se donnent.
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1217 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
Tahiti et Polynésie aux temps anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 6 Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rendez-vous des Anciens de La Royale :: 

Les Campagnes et l'Outre-Mer

 :: 

C.E.P et Oc. Pacifique

-