Le rendez-vous des Anciens de La Royale

Souvenirs et Discussions d'Anciens Marins de la Marine Nationale
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Tahiti et Polynésie aux temps anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Message Auteur
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 21 Mar 2009 - 10:45

Merci Gégé et Claude pour vos réponses.

J'aurai pu vérifier sur ma documentation, mais ce matin (à Tahiti) en voyant la photo sur tahitipresse, cela m'a tellement surpris que j'ai préféré en référer immédiatement à mes supérieurs des spécialistes Shocked

Claude, si tu as perdu ton post, c'est que tu as prévisualisé... tout OK.... ensuite sortir sans valider ! ça m'arrive à moi aussi.... cela s'appelle : Hellépathie* !!!

* en français courant : elle est parti la jeunesse Very Happy
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 21 Mar 2009 - 18:28

Reprenons par quelques extraits de "RAIATEA LA SACREE"... Présentation de l'auteur :
PAUL HUGUENIN (1870-1919)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Après trente-huit jours de navigation, le Tropic Bird, élégant trois-mâts des Mers du Sud, aborde Tahiti le 9 février 1896. Parmi les passagers, un jeune couple. Elisabeth et Paul Huguenin ont quitté leur Suisse natale pour prendre en charge la direction des Écoles des îles Sous-le-Vent.
Directeur, instituteur et moniteur de plus de 130 élèves, Paul Huguenin est aussi un artiste qui parcourt l'île de Raiatea avec ses pinceaux, son chevalet et son carnet de croquis. Adopté par la famille Taumihau et maîtrisant la langue de son nouveau fenua, il apprend à en connaître l'âme, les légendes, les chants et l'histoire.
Mais épuisé par le climat, Paul tombe malade et le couple doit quitter Raiatea le 4 octobre 1899 pour regagner son pays.
Pour fuir la nostalgie de son île, il entreprend la rédaction de RAIATEA LA SACRÉE qui paraît en 1902 dans le tome XIV du Bulletin de la Société neuchâteloise de Géographie.
Paul Huguenin qui a tant apprécié les montagnes et les lagons de Raiatea poursuit désormais sa vie d’artiste et de graveur dans les paysages marins de Capri ou dans le haut-pays valaisan.
En 1912, il fait paraître à Lausanne le récit de son voyage en Océanie,
AUX ILES ENCHANTERESSES.
Paul Huguenin s'éteint le 11 mai 1919 et, si ses cendres sont déposées à Saas-Fee, dans ce paysage alpestre qu'il affectionnait tant, on peut rêver que son âme s'est envolée vers le mont Temehani rejoindre le séjour des morts de Raiatea la Sacrée...

Fleur de Tiare Apetahi originaire de Raiatea
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Dim 22 Mar 2009 - 10:22

Ia ora na Claude,

Magnifique ta photo du "tiare apetahi", je ne la connaissais pas...
J'en profite pour parler de cette fleur et de sa légende.
On sort un peu du sujet, mais Gégé nous a montré l'exemple !!! Very Happy

Tiare apetahi. Apetahia raiatensis.
Arbuste de la famille des Lobéliacées, endémique de l'île de Raiatea. On a longtemps cru que le tiare apetahi ne poussait que sur le sommet du Mt Temehani, mais quelques spécimens ont été récemment découverts à Tahiti et à Moorea. La fleur est dissymétrique, les cinq pétales blancs s'étalant d'un seul côté à l'extrémité d'un long tube. Les bourgeons floraux s'ouvrent tôt le matin avec un petit bruit d'éclatement. La fleur n'est pas odorante et pourtant elle jouit d'une certaine notoriété du fait de sa rareté. Cela n'empêche pas les cueilleurs sans scrupules de se livrer à des dégradations sur le terrain et de menacer sérieusement la survie de cette espèce. De nombreux essais de transplantation ont été effectués mais se sont presque toujours soldés par des échecs car il est difficile de trouver ailleurs les mêmes conditions de température, de pluviosité et de nature trachytique du terrain.
Une légende de Raiatea propose une version de la naissance du tiare apetahi. Apetahi, une jeune femme du village de Tevaitoa, se querella avec son mari et décida d'en finir avec la vie au sommet du mont Temehani. Après avoir longuement contemplé le magnifique panorama qui l'entourait, elle se coupa un bras, l'enterra et mourut en perdant son sang. A l'endroit où le bras avait été enterré, un arbuste se mit à pousser en donnant des fleurs jusque-là inconnues. Des jeunes gens de Tevaitoa le découvrirent en allant chercher des bambous dans la montagne. Ils s'endormirent sous l'arbuste et furent réveillés à l'aube par les boutons floraux qui éclataient avec un bruit sec. Les pétales des fleurs formaient comme de petites mains, semblables à celle d'Apetahi, et l'arbuste reçut le nom de la jeune femme.
(extrait du Dictionnaire Illustré de la Polynésie)

Je confirme que cette plante devient de plus en plus rare et qu'on en trouve vraiment que sur les hautes pentes du mont Temahani à Raiatea.

La seule photo que je possède (et une fleur séchée dans mon livre préféré)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 31 Mar 2009 - 10:42

Ia ora na outou,

Encore une fois "RAIATEA LA SACREE" de Paul Huguenin :

Aujourd'hui, un repas pour le Dimanche

LE FOUR TAHITIEN
Voici maintenant comment se construit le four tahitien. On commence par creuser dans le sol un trou rond de dimensions variables, d'un mètre à plusieurs mètres de diamètre sur 10 à 15 centimètres de profondeur. On allume un grand feu au milieu de ce trou, on le recouvre d'un tas de bois de goyavier, de manguier, de mape ; sur les bois incandescents on dispose un lit de pierres de la grosseur du poing, des pierres poreuses de laves ou de trachyte qu'on laisse devenir incandescentes à leur tour. Quand le bois est consumé, on égalise le lit des pierres au moyen de longues perches, puis on le bat avec des troncs de bananier humides de sève. La rougeur des pierres s'étant dissipée, on les recouvre délicatement d'un lit de feuilles de bananier sur lequel on dispose les morceaux de maiore, de taro, les poissons enveloppés dans des feuilles de maiore, le petit cochon tout entier, bien vidé, raclé, lavé, des bananes, des mape, etc. Nouveau lit de feuilles de bananier, puis de feuilles de burau formant des nattes rondes, les queues des unes traversant les épidermes des autres. Enfin de plus grosses pierres maintiennent le tout en place, la terre tirée du trou est rejetée sur les bords, de manière à empêcher la chaleur et la fumée de s'échapper par-dessous ; on laisse le tout pendant un espace de temps variant d'une à deux heures ou deux heures et demie. On démolit le tas dans l'ordre inverse. On dépose les aliments cuits sur des feuilles fraîches de bananier, en guise de plats et de burau, en guise d'assiettes, disposées sur deux rangs (aiaro = manger sur deux rangs, face à face). Chacun s'assied en tailleur devant une « assiette » et se sert, pour manger, de ses doigts et de ses pouces. On ne boit pas en mangeant, si ce n'est un coco, lorsqu'il s'agit d'un repas d'apparat. Quelquefois, cependant, on fait du thé dans une théière-bouilloire (titeta, de teakettle), mode introduite par les Chinois ou par les Anglais.

maiore ou uru... arbre à pain

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 31 Mar 2009 - 11:47

Bonjour Claude,
Puis-je rajouter quelques photos à cette excellente recette du umu tahiti ?

Mise en place de la nourriture (ma'a) sur les pierres chauffées
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Couverture du four avec des feuilles de burau tréssées
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ouverture du four 2 heures après (mon fils Serge et ma fille Nathalie)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A table ! tama'a !
Cochon, fei (banane sauvage), rio (banane jaune), poe (fruit cuit et amidon enroulé dans les feuilles de bananiers), poulet fafa (feuilles de taro façon épinards) dans la marmite, uru (arbre à pain),...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bon appétit !
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 31 Mar 2009 - 12:06

Bien appêtissant
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 31 Mar 2009 - 12:13

Claude,
attention à ton regime... pas de cochon !
Mais pour toi, j'ai prévu un ananas découpé en spirale par fiston himself ...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 31 Mar 2009 - 15:25

Je ne connaissais pas cette présentation pour l'ananas, mais....
Une question, je n'ai pas vu pendant mon séjour là-bas de champs d'ananas?
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 31 Mar 2009 - 20:59

Ia orana Claude,
Ananas, nom masc. Ananas comosu. En tahitien : painapo. Plante de la famille des Broméliacées, originaire de l'Amérique tropicale et introduite en Polynésie par le capitaine Bligh en 1789. L'ananas se présente sous forme d'une touffe de feuilles épineuses atteignant un mètre de diamètre. Chaque pied donne un fruit porté par un pédoncule ligneux situé au centre de la rosette Les principales plantations couvrent 100 ha sur les versants de la baie de Paopao (Moorea) et se développent à Tahiti et à Raiatea. Sur les 2 352,6 tonnes de fruits produites en 1985, 1 241 ont été livrées à l'usine de jus de fruits de Moorea. Les îles Hawaï dominent largement la production mondiale avec une superficie cultivée de 16592 ha et 646 200 tonnes de fruits livrés en 1983. La production des autres archipels du Pacifique est très modeste : 357 tonnes pour les îles Cook et 4 tonnes à Wallis et Futuna.
Je me permets pour la bonne cause d'éditer une photo de notre ami Marcel Wanner
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 1 Avr 2009 - 11:41

Bonjour et merci Pierre, bien que ces interrogations semblent déplacées eu égard aux temps anciens, ces renseignements permettent de se faire une idée des échanges inter îles/atolls passés. Aujourd'hui l'ananas, demain le coprah etc,....

On continue avec quelques extraits de "RAIATEA LA SACRÉE" de Paul Huguenin

LES FUNÉRAILLES A RAIATÉA

On prenait beaucoup de précautions pour et contre le mort. Ainsi on lui attachait au médius de la main droite un petit paquet de plumes rouges du phaéton (manu hoa: oiseau ami) afin de préserver son âme du malheur d'être mangée par le dieu dans la pô (nuit). Mais comme cette âme pouvait être elle-même un sujet d'ennuis et de désagréments pour les survivants, on accompagnait son départ du battement répété de deux coquilles d'huître perlière (panitatui; pani : les deux coquilles; tatui: traverser comme une flèche). Le son des deux coquilles en s'envolant avec l'âme préservait donc de son retour. Cependant on entendait quelquefois à midi ou à minuit la voix d'un guerrier mort dans la bataille criant: Opeti, c'est-à-dire: je suis détruit. Cela, c'était un signe de guerre.

Il arrivait que les prêtres embaumaient des crânes et les employaient, roulés dans un lambeau d'étoffé à leurs cérémonies religieuses, leur adressant des prières. Ces crânes embaumés étaient aussi appelés Oromatua. Peut-être étaient-ce les crânes d'ennemis tombés dans la bataille que l'on conservait comme trophées. Quoique nous n'ayons pas de renseignement précis à cet égard, nous le croirions volontiers, une telle coutume ayant existé parmi les Maori de la Nouvelle-Zélande. Nous avons vu, en effet, au Musée d'Auckland, des crânes très anciens et très bien conservés avec la peau du visage et même des poils de moustache, de sourcils et de cils.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Jeu 2 Avr 2009 - 8:53

Continuons la série de Pierre, aujourd'hui ÉTOILES, CIEL, FIRMAMENT.

Le Tahitien considère le ciel à deux points de vue:

- La navigation
- Les présages

Il n'y place ni ses dieux ni ses mânes; toute la mythologie habite dans les montagnes, les vallées, les précipices dont les âmes s'écartent plus ou moins. S'il a donné des noms à quelques étoiles, c'est que celles-ci étaient très visibles et pouvaient le diriger dans la navigation nocturne.

Les différents états du ciel sont dépeints avec beaucoup de soin par la langue tahitienne.
Le ciel, te au, te rai, te rêva (atmosphère) peut être serein : rai-atea. C'est cette qualité qui a valu son nom à l'île de Raiatea.

E hau marû, e marû to oe rai
E topara, te mahana
I Ra'i-atea nei !
dit un chant très populaire :
Plein d'une douce paix, serein est ton ciel.
D'une clarté douce la lumière
A Raiatea ici.

Le ciel est sombre aussi rai poia, poiri, menaçant, rai maemae, nuageux, parutu, sans nuages, moere, aparai, couvert de nuages annonçant le vent, tutai vi: pommelé de nuages argentés; raï, utiuti. Si les nuages (ata) sont blancs, ce sont des pua arai ; noirs, mata atao et ces mata atao sont des colonnes de nuages surgissant de l’horizon, autrefois un présage de guerre…..

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le mont Tapioi (Raiatea)
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 3 Avr 2009 - 14:17

Ia ora na outou,

Je continue avec "RAIATEA LA SACREE" de Paul Huguenin...
J'espère ne pas vous ennuyer, je ne me lasse pas de voir ces aquarelles !
Pierre.

Caractères sociologiques.
Vie matérielle.
Alimentation. — II serait difficile de prendre les Iles sous le Vent par la famine. C'est bien plutôt l'assiégeant européen qui en souffrirait le plus vite. On s'en est aperçu lors de l'expédition de conquête en 1897. Les « Téraupiates », autrement dit les « Nationalistes» de Raiatea dirigés par le chef Teraupoo, ceux qui ne voulaient pas de la domination étrangère, furent refoulés de la plage dans les vallées. Ils furent rapidement privés de nourriture animale; puis la nécessité stratégique de ne pas faire de feu les força de se rabattre sur les aliments végétaux crus. Les montagnes où ils cherchèrent leur dernier refuge en contenaient en suffisance : ignames, patates sauvages, racines de tî (dracaena terminalis), racines de fougères (nahe) arborescentes, fruits du pommier indigène (vi), noix de tiairi (noix des Moluques), châtaignes de mape (le châtaignier indigène), etc., et, comme dessert, des oranges, des mangues sauvages, des barbadines (fruit énorme d'une passiflore), tout cela pouvait les sustenter pendant de longs mois si l'exiguïté de l'île et le nombre des envahisseurs ne les avaient pas bientôt forcés à se rendre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Intérieur d'une case (Tahaa)
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Ven 3 Avr 2009 - 23:19

Ia ora na Claude,
"je ne me lasse pas de voir ces aquarelles !"
Moi aussi, c'est un vrai régal et tellement proche d'un passé récent.
Ces photos de tableau rendent beaucoup mieux sur l'écran que la photo de l'original dans un petit livre.
Il y a une luminosité qui n'apparait pas sur papier.
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 4 Avr 2009 - 7:07

Alors que normalement l'endroit se trouve dans la pénombre ici il est éclairé comme le ferai un flash. Les détails sont clairement exposés, oui j'aime cette vue du peintre qui après tout s'est peut être servi d'une lampe au carbure (peu probable). Par contre cette poire à la taille inquiétante qui ne se trouve pas au premier plan m'interroge.

Poursuivons....

Ia ora na outou,

Paul Gauguin est connu comme peintre, mais c'était aussi un écrivain.
Voici quelques extraits de son dernier écrit "AVANT ET APRES" édité par les Editions Avant et Après.

Dos de couverture du livre :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On ne connaît bien la sottise qu'après l'avoir expérimentée sur soi-même. On se dit quelquefois : Mon Dieu ! Que j'ai été bête. C'est justement pour cela même qu'on s'aperçoit qu'on aurait pu faire autrement. Malheureusement on est déjà vieux quand on s'aperçoit qu'il est temps de réfléchir.
Laissons donc les choses comme elles sont, faute de pouvoir faire autrement, laissons-nous vivre sans école par conséquent sans contrainte.
En ce moment, le Brigadier s'évertue à dire aux indigènes que c'est lui le chef et non Monsieur Gauguin.
Ce qu'il se fout dedans !!!
Lui et Pandore font la paire.
La petite Taia qui le blanchit n'est pas bête.
Quand elle veut lui carotter dix sous elle lui dit « Vous êtes beaucoup savant » et il les donne.
C'est moi le chef, ce n'est pas Monsieur Gauguin.
Comment trouvez-vous la petite Taia ? je vous la sers pour une vraie Marquisienne. Des gros yeux ronds, une bouche de poisson et une rangée de dents capables de vous ouvrir une boîte de sardines. Ne la lui laissez pas longtemps car elle la mangerait. En tous cas elle connaît déjà par cœur son brigadier.
Ce brigadier ce fut celui-là même qui eut une fois aux îles basses à recueillir un noyé involontairement ayant eu la jambe coupée par un requin. Il hésitait à le mettre dans le cercueil et le lieutenant impatienté lui dit : « Qu'attendez-vous ?
— Pardon, mon lieutenant, mais il manque une jambe !
— Eh bien, mettez-le sans sa jambe.
— Pardon, mon lieutenant, mais il y a des vers.
— Eh bien, mettez-le avec les vers. »
C'est lui le chef et non Monsieur Gauguin.
Sur sa poitrine, les médailles brillent de tout leur éclat.
Sur sa rubiconde face l'alcool brille sans éclat.
En foi de quoi, conséquemment, subséquemment, lui avons délivré son certificat d'identité, suivi de son signalement.
Saluez-le car c'est un chef. En avant marche, par file à droite, hue Coco ! prenez garde il rue avec ou sans bottes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Autoportrait au chapeau" (1893) : à l'arrière plan, "Manao tupapau", tableau peint en 1892.
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 4 Avr 2009 - 13:22

Alors Claude, sacararaï (petit coquin, en tahitien)

"Par contre cette poire à la taille inquiétante qui ne se trouve pas au premier plan m'interroge."
Tu n'as vraiment pas trouvé ou tu me poses une colle ?
C'est surement l'origine de mon nom de famille.... Wink

LAGENARIA SICERARIA , Calebasse, Gourde,
Hue
Cette Cucurbitacée était cultivée en Polynésie à l'arrivée des Européens. On
ne la rencontrait pas à l'état sauvage. On pense que les Polynésiens avaient amené les graines avec eux au moment de leurs migrations, car le hue est une plante asiatique. Toutefois Péter Buck a émis l'hypothèse d'une origine sud-américaine : des navigateurs indigènes partant des Marquises ou de Mangareva auraient atteint les côtes du Pérou vers le 12ème siècle et seraient revenus avec des semences de nombreux végétaux...
Chez tous les peuples primitifs cette espèce est employée pour faire des gourdes, des bols, des coupes et des calebasses. On choisit un fruit mûr, de taille et de forme convenables, on le coupe et on l'évide en enlevant la pulpe.
En effet le péricarpe a la consistance et les qualités du bois ; à la fois dur et léger, il est constitué par deux sortes de tissus : une couche externe, très réduite, formée de cellules scléreuses a parois épaisses et une couche interne, représentant la presque totalité du péricarpe, formée de longues cellules parenchymateuses à membranes lignifiées,. s'entrecroisant comme des fibres. De plus, avant maturité et selon les espèces, le fruit est très malléable ; on peut lui donner la forme et les dimensions que l'on désire, en le comprimant, en le suspendant ou en le tordant. Il se prête donc à la confection de toutes sortes de récipients.
Quand il se développe librement et dans des conditions favorables, il peut atteindre 1,20 m de long, avec des parois de 25 millimètres d'épaisseur. Les habitants du Territoire ont complètement abandonné l'emploi des récipients en hue remplacés par des bassines en tôle émaillée et en matières plastiques.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Extrait de "Plantes utiles de polynésie - Raau Tahiti" de Paul Petard, pharmacien de l'hopital de Papeete de 1937 à 1945
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 4 Avr 2009 - 13:45

Merci Pierre pour cette réponse complète,effectivement j'ai déjà eu des occasions de croiser ce fruit sans en connaitre tous les aspects dévoilés par toi, merci
le sacararaï de service
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Lun 6 Avr 2009 - 18:39

Extrait de "Avant et Après" de Paul Gauguin

Me remémorant certaines études théologiques de jeunesse ; plus tard certaines réflexions à leur sujet ; quelques discussions aussi. L'esprit des autres... J'eus la fantaisie d'établir un certain parallèle entre l'évangile et l'Esprit moderne scientifique : de là la confusion entre l'Évangile et son interprétation dogmatique et absurde par l'Église catholique. Interprétation qui amène et le scepticisme et la haine à son égard.
Une centaine de pages, ayant pour titre :
L'esprit moderne et le catholicisme.
Indirectement, très indirectement je fis parvenir ces feuillets manuscrits à l'évêque.
Pour m'écraser sans doute, toujours indirectement on me fit parvenir en réponse un énorme livre richement illustré d'après photographies, très documenté en histoire de l'Église depuis son début.
Toujours très indirectement, je fis parvenir avec le livre en retour, mes appréciations critiques si l'on veut.
Ce fut la fin de la discussion.
Voici ma réponse à ce livre.
Devant nous, à notre soin, à la lecture d'un profane un livre saint.
La France, au dehors. Hum !! Rome serait plus exact.
Les missions catholiques françaises au dix-neuvième siècle sont-elles françaises ? Cela est douteux. Quoi qu'il en soit, la France protège, et Rome commande... Doux Concordat.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je ne vais pas vous passer un tableau de Gauguin, vous les trouverez sur Google,
Mais j'ai trouvé dans mes archives une aquarelle de Max Radiguet
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Guerriers marquisiens
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mar 7 Avr 2009 - 12:23

Je continue avec l'écrivain Paul Gauguin. extrait de "Avant et Après".
Cet extrait est superbe, quelle belle leçon de morale... Je vais l'envoyer à tout nos élus !!!

Or ce jour de décembre, dans la rue Lepic de notre bonne ville de Paris, les piétons se pressent plus que de coutume, sans aucun désir de flâner. Parmi ceux-là un frileux bizarre par son accoutrement se dépêche de gagner le boulevard extérieur. Peau de bique l'enveloppe, bonnet de fourrure, — du lapin sans doute — la barbe rousse hérissée. Tel un bouvier.
Ne soyez pas observateur à demi et malgré le froid ne passez pas votre chemin sans examiner avec soin la main blanche et harmonieuse, l'œil bleu si clair, si l'enfant. C'est un pauvre gueux assurément.
Il se nomme Vincent Van Gogh.
Hâtivement il entre chez un marchand de flèches sauvages, vieille ferraille et tableaux à l'huile à bon marché.
Pauvre artiste ! Tu as donné une parcelle de ton âme en peignant cette toile que tu viens de vendre.
C'est une petite nature morte, des crevettes roses sur un papier rosé.
— Pouvez-vous me donner pour cette toile un peu d'argent pour m'aider à payer mon loyer ?
— Mon Dieu, mon ami, la clientèle devient difficile, elle me demande des Millet bon marché : puis vous savez, ajoute le marchand, votre peinture n'est pas très gaie, la renaissance est aujourd'hui sur le boulevard. Enfin, on dit que vous avez du talent et je veux faire quelque chose pour vous. Tenez, voilà cent sous.
Et la pièce ronde tinta sur le comptoir. Van Gogh prit la pièce sans murmure, remercia le marchand et sortit. Péniblement il remonta la rue Lepic ; arrivé près de son logis, une pauvre, sortie de Saint-Lazare, sourit au peintre, désirant sa clientèle. La belle main blanche sortit du paletot : Van Gogh était un liseur, il pensa à la fille Elisa et sa pièce de 5 francs devint la propriété de la malheureuse. Rapidement comme honteux de sa charité il s'enfuit l'estomac creux.

Après.Un jour viendra et je le vois comme s'il était venu.
J'entre à la salle n° 9 de l'hôtel des Ventes le commissaire-priseur vend une collection de tableaux, j'entre. 400 francs les Crevettes roses, 450, 500 francs.
« Allons, Messieurs, cela vaut mieux que cela. »
Personne ne dit mot. Adjugé les Crevettes roses par Vincent Van Gogh.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Gauguin est aussi un sculpteur et dessinateur de ses petits menus
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 8 Avr 2009 - 7:15

Toujours Paul Gauguin...

Voici un petit texte sur Paul Gauguin et Pierre Loti, extrait d'un article qui s'intitule "II -Gauguin, source d'inspiration d'une écriture"

Quelques mots sur Pierre Loti et son rapport avec Gauguin. Pierre Loti vient en Polynésie, vous le savez, en 1872. Gauguin parle souvent de Loti dans Avant et Après. Voulant présenter les Marquises, il estime que son Écriture est insuffisante et il dit "en revanche mon pinceau peut se rattraper". Pour décrire ses montagnes "il me faudrait le talent descriptif avec un tas d'adjectifs que je ne connais pas et qui sont si familiers à Pierre Loti". Nous sommes là dans l'aspect humble de Gauguin. En fait Loti, Julien Viaud à l'époque encore, intervient surtout avant, comme une des raisons pour lesquelles Gauguin choisit Tahiti puisqu'il a lu, nous le savons, Le mariage de Loti.
Le Mariage de Loti, aujourd'hui introuvable en librairie, est pourtant, d'après moi, aussi incontournable que Les Immémoriaux, pour saisir cette contrée à forte teneur létale. De fait, bien des scènes de cette funeste idylle, de ces amours sauvages, sont des tableaux de Gauguin avant la palette. Julien Viaud possède une écriture impressionniste, dépouillée, instantanée. De son œil à sa main aucun intermédiaire intellectuel et cette Écriture est mise au service du génie du lieu. Cela fit merveille en Polynésie. Cet homme à la sensibilité exacerbée, mais nous pouvons le dire des deux autres également, savait percevoir l'essence même d'un lieu, fût-il utilisé comme simple décor. Arrivé sur le Territoire en 1872, il perçoit aussitôt l'agonie du peuple maohi en train de jeter ses derniers feux et ses derniers jeux à la cour de la reine Pomare. Cette capacité réelle de flairer, de palper la mort qui précisément n'est pas un concept est un des tours de force de l'Écriture lotienne aux quatre coins de l'ailleurs. Voilà ce que dit Loti : "c 'était toujours ce silence des bois de Polynésie, sombre pays enchanté auquel il semble qu'il manque la vie".
(Extrait des Actes du colloque 20 et 21 Avril 1989 – Article de Philippe Draperi)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Daniel de Monfreid...
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 8 Avr 2009 - 8:19

Merci Claude de ce rappel...
j'aimerais tant écrire avec la même qualité que ces artistes, cette "écriture impressionniste, dépouillée, instantanée" !!
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Mer 8 Avr 2009 - 10:05

Ce qui est vrai pour GAUGUIN l'est moins pour LOTI....
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 11 Avr 2009 - 13:10

Eh! la suite des travaux de Pierre.... Encore Paul Gauguin, extrait de "Avant et Après"

Au 17e de latitude Sud, là comme ailleurs, conseillers généraux, juges, fonctionnaires gendarmes, et un gouverneur. Toute l'élite de la société. Et le gouverneur dit : « Voyez-vous, mes enfants, dans ce pays, il n'y a pas d'autre chose à faire que de ramasser des pépètes. »
Un conseiller général, très sage du reste, propose d'incarner entre deux chapitres du rapport un petit aléa (ne cherchez pas) : il veut dire incarcérer un petit alinéa concernant l'argent chilienne.
Un gros procureur, procureur de la République, après avoir interrogé deux jeunes voleurs, me rend visite. Dans ma case, il y a des choses bizarres, puisque non coutumières : des estampes japonaises, photographies de tableaux, Manet, Puvis de Chavannes, Degas, Rembrandt, Raphaël, Michel-Ange, Holbein.
Le gros procureur (un amateur qui a un très joli coup de crayon, dit-on) regarde et devant un portrait de femme de Holbein du musée de Dresde, il me dit :
« C'est d'après une sculpture... n'est-ce pas ?
— Non. C'est un tableau de Holbein, école allemande.
— Eh bien ça ne fait rien, ça ne me déplaît pas, c'est gentil. »
Holbein ! gentil…
Sa voiture l'attend, et il va plus loin en vue de l'Orofena déjeuner gentiment, sur l'herbe, entouré d'un gentil paysage.
Est-il gentilhomme ? je ne sais.
Le curé aussi (la classe instruite) me surprend en train de peindre un paysage.
« Ah ! Monsieur, vous tirez là une bien belle perspective ! ! »
Rossini disait : « Je sais bien que ze ne souis pas un Bach, mais ze sais aussi que ze ne souis pas un Offenbach. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
SAINT ETIENNE Claude




Age : 71 Date d'inscription : 17/11/2008 Nombre de messages : 1234 Localisation : Normandie / CALVADOS/ LECAUDE Emploi/loisirs : Retraité - Cinéma - lecture principalement histoire

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Sam 11 Avr 2009 - 21:21

Ia ora na Claude,
Un de mes tableaux préférés de Paul Gauguin.
Je reste scotché devant ! Je comprends pourquoi Bougainville a été séduit par la Nouvelle Cythère...
Par contre, je n'ai toutjours pas compris le sens de la phrase écrite par Gauguin en bas et à gauche du tableau :
Aha oe feii ? = Pourquoi es-tu jalouse ?


Dernière édition par Pierre CARABASSE le Dim 12 Avr 2009 - 20:23, édité 1 fois
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Dim 12 Avr 2009 - 19:38

Merci Pierre et merci Claude vous êtes passionnants. Je m'instruit tous les jours grâce à vous. Continuez, je me régale. bravo bravo bravo
avatar
Jacques34




Age : 82 Date d'inscription : 30/08/2008 Nombre de messages : 255 Localisation : Vaucluse Emploi/loisirs : Retraité. Paléographie, Les trains à vapeur, généalogie etc.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tahiti et Polynésie aux temps anciens Dim 12 Avr 2009 - 21:20

Bonjour à vous tous,
Cette phrase de Paul Gauguin, écrite au bas de son tableau, m'a intrigué : "Aha oe feii ? = Pourquoi es-tu jalouse ?". En effet, il est rarement question de jalousie dans les écrits anciens. Bougainville écrit : "..... la jalousie est ici un sentiment si étranger ...."
J'ai recherché dans toutes mes photos et j'ai trouvé celle-ci de ma tendre compagne en 1966 (elle a déjà parue sur le sujet des maisons traditionnelles)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Outre la position identique, en faisant un coup de zoom sur le visage, j'ai vu quelque chose qui m'avait échappé... j'y ai lu de l'inquiètude !... et je sais pourquoi, 1966 peu de temps avant la fin de mon contrat avec l'armée sans savoir si je serais libéré sur place....
Alors pour en revenir au tableau de Gauguin, serait-ce de la jalousie entre les 2 vahiné ou l'inquiètude de la première que son ami Paul la quitte....... comme tant de navigateurs* Cool
Il aurait alors dû écrire Aha oe mâna'ona'o ? (Pourquoi es-tu inquiète ?)

* Petite flèche taquine à mes amis marins Laughing
avatar
Pierre CARABASSE




Age : 76 Date d'inscription : 28/02/2009 Nombre de messages : 395 Localisation : Papenoo - Tahiti Emploi/loisirs : retraité étudiant

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Tahiti et Polynésie aux temps anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 6 Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rendez-vous des Anciens de La Royale :: 

Les Campagnes et l'Outre-Mer

 :: 

C.E.P et Oc. Pacifique

-